Afrique du sud: les troubles dans le secteur minier "ne sont plus acceptables", selon Zuma

Par La rédaction

LE CAP (AFP) - (AFP)

Le président sud-africain Jacob Zuma a déclaré jeudi devant le parlement que les troubles dans le secteur minier "ne pouvaient plus être acceptés", sans annoncer aucune mesure concrète, lors d'une séance de questions au parlement.

"J'ai pris langue avec les ministères concernés pour discuter de la façon de traiter ce problème, et très bientôt nous pourrons dire au pays (ce que nous allons faire) parce que ce n'est plus acceptable", a déclaré le chef de l'Etat en réponse à une question parlementaire au Cap, dans une séance retransmise à la télévision.

"Vous savez qu'il n'y a pas que les mineurs en grève, il y a aussi certaines personnes qui vont sur place pour inciter les mineurs à agir d'une certaine façon", a dit le chef de l'Etat, sans citer aucun nom."Cela ne peut pas être accepté, et nous allons nous en occuper.Nous allons être prochainement très actifs".

M. Zuma, dont c'était la première réaction depuis l'annonce de la suspension des activités de la société Amplats mercredi, est resté très vague sur les intentions du gouvernement.

"Il faut répondre aux revendications salariales des travailleurs dans le cadre des lois sociales du pays", a-t-il poursuivi: "Les grèves illégales, l'agitation et l'intimidation ne vont pas aider les travailleurs.Au contraire, cela détériorera leur situation et celle du pays".