Afrique du Sud: un projet d'autodafé de la Bible bloqué par la justice

11 septembre 2010 à 9h53 par La rédaction

JOHANNESBURG (AFP)

Un homme d'affaires sud-africain voulait brûler samedi des Bibles en réponse à la menace d'un pasteur américain de mettre le feu au Coran, mais il en a été empêché par un tribunal de Johannesburg, a rapporté un quotidien local.

La Haute cour de Johannesburg a publié vendredi soir un arrêt d'urgence interdisant à Mohammed Vawda d'organiser une "journée d'autodafé de la Bible" prévue sur une place de la ville, a précisé le Saturday Star.

Le Sud-Africain s'est déclaré inspiré par la menace du pasteur Terry Jones, chef d'un groupuscule chrétien intégriste, de brûler des exemplaires du Coran pour le 9e anniversaire des attentats du 11-Septembre 2001.

Selon un de ses proches, le pasteur a finalement renoncé à son projet qui avait provoqué une vague de protestations dans le monde musulman comme aux Etats-Unis et partout ailleurs dans le monde.

"Il m'a mis en colère et m'a scandalisé.Mon action était dirigée contre lui.Je voulais le stopper d'une manière ou d'une autre", a dit M. Vawda.

C'est un groupe d'intellectuels musulmans, les Chercheurs de la vérité, qui a saisi le tribunal pour empêcher l'homme d'affaires de mener à bien son projet.

Leur avocat, Zehir Omar, a expliqué que les juges avaient décidé que brûler un texte religieux considéré comme sacré par des membres de la communauté sud-africaine était contraire à la loi et que la liberté d'expression d'une personne était limitée si son exercice était considéré comme injurieuse par d'autres.

M. Vawda lui-même s'est déclaré satisfait de la décision du tribunal après que celui-ci eut cité, à l'appui de son jugement, des versets du Coran et en soulignant l'importance de respecter les textes sacrés, la Bible ou la Torah.

Son avocat a estimé que l'exemple sud-africain devrait être suivi par les Etats-Unis à l'encontre du pasteur Jones ou d'autres qui auraient des projets similaires à l'avenir.