Afrique du Sud: une institutrice au coeur d'une polémique raciale se défend

Par AFP

AFRICA RADIO

Une institutrice sud-africaine suspendue après la diffusion d'une photo où ses élèves noirs et blancs étaient séparés a contesté mardi cette sanction, jugée "illégale" par un syndicat qui assure que les enfants étaient regroupés selon leur langue d'origine.

Sur le cliché qui a fait scandale dans le monde entier, quatre très jeunes élèves noirs sont attablés dans un coin de la classe, loin de leurs camarades blancs.L'institutrice de cette classe de maternelle dans la province sud-africaine du Nord-Ouest a été suspendue.Mardi, elle a pris pour la première fois la parole, se défendant d'être raciste."Mon travail ne consiste pas à faire de la politique, mais à enseigner", a déclaré Elana Barkhuizen à la presse en afrikaans, la langue des descendants des premiers colons hollandais."Ma profession est d'aimer les enfants (...) Et ça me fend le coeur chaque année quand je dois leur dire au revoir. Mais je suis fière de voir qu'ils sont prêts pour la suite, parce que c'est ce que je fais en tant qu'enseignante, indépendamment de la race et de l'histoire", a-t-elle ajouté."Je vais blanchir mon nom (...) et je gagnerai", a-t-elle insisté.Pour le syndicat Solidarity, qui a apporté son soutien à l'enseignante, les enfants ont été placés en fonction de leur langue, et non de leur race."Nous avons à faire ici à des enseignants qui prennent à coeur leur métier. Ils devaient s'assurer que les petits, qui ne parlent ni afrikaans ni anglais, mais seulement tswana, se sentent à l'aise" lors de la rentrée scolaire, a assuré le syndicat."L'enseignante en question est même allée plus loin en venant avec sa domestique à l'école pour qu'elle puisse traduire", a encore dit le syndicat."Les gens ont vu du racisme là où il n'y en avait pas", a déclaré Dirk Hermann du syndicat Solidarity, qui a jugé "illégale" la suspension de l'enseignante.Vingt-cinq ans après la fin du régime de l'apartheid en 1994, les tensions raciales restent très vives en Afrique du Sud, où les Noirs ont été contraints de vivre séparément de la minorité blanche pendant des décennies.