Appels à suspendre les rassemblements religieux au Sénégal, où une ville sainte est touchée

13 mars 2020 à 19h02 par AFP

AFRICA RADIO

Les appels à suspendre les rassemblements religieux se sont multipliés vendredi au Sénégal où Touba, la ville sainte de la confrérie des mourides, a enregistré 17 cas de coronavirus, faisant craindre une propagation rapide de la maladie dans ce pays où les fidèles se réunissent fréquemment par centaines de milliers.

Le premier cas dans cette ville du centre du pays, deuxième agglomération du Sénégal, a été détecté mercredi sur un émigré sénégalais rentré d'Italie. Jeudi, cinq de ses proches ont été diagnostiqués positifs, et 11 autres vendredi, selon le décompte quotidien du ministère de la Santé annoncé en fin de journée.Sur l'ensemble du pays, 19 personnes ont été déclarées infectées depuis le 2 mars, dont deux sont guéries.Dans ce pays d'Afrique de l'Ouest de 16 millions d'habitants, dont 95% sont musulmans, les fidèles, venant du Sénégal, de la sous-région ou d'outre-mer, se pressent tout au long de l'année à des rassemblements organisés par les différentes confréries, qui jouent un rôle majeur au sein de la société.Sujet ultra-sensible, l'annulation éventuelle des rassemblements n'a pas été décidée. Ni par les khalifes, qui dirigent les confréries, ni par l'Etat, les deux parties semblant se renvoyer la balle.Le président Macky Sall a déclaré jeudi qu'il fallait "prendre le coronavirus très au sérieux", tandis que le représentant du khalife des mourides soulignait en direct à la télévision que "l'islam conseille d'écouter et de respecter les autorités (politiques)".Le bureau de l'Assemblée nationale a salué vendredi l'apport des grands chefs religieux dans la gestion de la crise. "Dans cet esprit, ils pourraient, par exemple, prendre l'initiative du report de tous les grands rassemblements religieux annuels ou ponctuels", ont dit les députés, en leur faisant porter cette responsabilité.Les opposants au chef de l'Etat n'ont pas pris les mêmes gants. "Le temps est venu de prendre des mesures radicales et courageuses de santé publique. Toutes les grandes manifestations religieuses ou non doivent être reportées", a déclaré l'ancien Premier ministre Abdou Mbaye.Le temps presse, car plusieurs grands rendez-vous sont prévus prochainement, à commencer par le "Dakka" de Médina Gounass, une retraite spirituelle en pleine forêt qui doit débuter samedi en Casamance (sud). La confrérie des Tidianes doit se réunir le 22 mars dans sa ville sainte de Tivaouane, près de Thiès (centre). Le 22 mars également, Touba doit accueillir son deuxième plus grand événement de l'année, le "Kazu Rajab", qui célèbre l'anniversaire de la naissance du deuxième khalife des Mourides, Serigne Fallou Mbacké, tandis que la confrérie des Layènes doit célébrer son fondateur, Seydina Limamou Laye, les 25 et 26 mars à Dakar.