Après avoir assoupli le confinement, l'eSwatini fait marche arrière

Par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement du petit royaume africain de l'eSwatini a annoncé mercredi le rétablissement de règles plus strictes pour lutter contre le coronavirus, à la suite du doublement du nombre de cas de Covid-19 constaté depuis un récent assouplissement des restrictions en vigueur.

Les autorités de la dernière monarchie absolue d'Afrique avaient imposé un confinement partiel le 27 mars, avant d'assouplir certaines de ces règles la semaine dernière pour des raisons économiques et sociales.Mais depuis, "de nouvelles informations ont émergé montrant que les cas positifs ont presque doublé de 16 à 31", dont un mortel, a déclaré le Premier ministre Ambrose Dlamini dans un communiqué mercredi."Le niveau de respect des mesures destinées à limiter la propagation rapide du Covid-19 a baissé de façon dramatique", a-t-il regretté. "Le nombre de personnes quittant leur logement pour des raisons non essentielles a explosé, ces personnes prenant le risque de potentiellement s'exposer et d'exposer les autres au Covid-19", a-t-il insisté.Le système de santé de l'eSwatini, pays très pauvre d'Afrique australe, "ne peut pas gérer une recrudescence des infections" au Covid-19, a prévenu le Premier ministre. Par conséquent, "le gouvernement a pris la décision de supprimer les mesures d'assouplissement du confinement partiel".Toutes les restrictions qui avaient été imposées au début du confinement le 27 mars seront de nouveau en vigueur à compter de vendredi, notamment l'interdiction de déplacement entre les villes et de rassemblements de plus de 20 personnes, a annoncé le Premier ministre.L'eSwatini, gouverné par le roi Mswati III qui mène un train de vie très luxueux, compte 1,3 million d'habitants, dont les deux-tiers vivent sous le seuil de pauvreté.