Attentat d'Abuja: un leader du Mend reste détenu en Afrique du Sud

3 octobre 2010 à 7h01 par La rédaction

JOHANNESBURG (AFP)

Un ancien leader du Mend, le groupe armé qui a revendiqué les attentats meurtriers d'Abuja, restait détenu dans un commissariat d'Afrique du Sud dimanche d'où il clamait son innocence, a indiqué son avocat.

Henry Okah, ancien leader du Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (Mend), a été interpellé samedi à Johannesburg au lendemain du double attentat à la voiture piégée qui a fait douze morts dans la capitale nigériane, avaient révélé les services de renseignement nigérians.

"Il est toujours détenu au commissariat central de Johannesburg et doit comparaître devant un tribunal demain (lundi)", a déclaré à l'AFP Me Piet du Plessis."Il n'a pas encore été mis en examen", a-t-il ajouté.

Henry Okah, qui a été arrêté sur la base de la loi contre le terrorisme, a nié tout lien avec les attentats de vendredi, le jour de la célébration du 50e anniversaire de l'indépendance du Nigeria, a assuré Me du Plessis.

"Bien que M. Okah soit un sympathisant connu du peuple du delta du Niger, il nie s'être rendu coupable de quelque crime que ce soit en Afrique du Sud ou ailleurs", a écrit l'avocat dans un communiqué.

"Son arrestation est une tentative mal placée de plaire aux autorités nigérianes", a-t-il poursuivi en demandant la libération immédiate de son client.

Jointe à plusieurs reprises depuis samedi, la police sud-africaine s'est refusée à tout commentaire.

M. Okah avait déjà été arrêté en Angola il y a trois ans et transféré au Nigeria.Il a été libéré dans le cadre d'un programme d'amnistie offert aux militants du delta du Niger, coeur de l'industrie pétrolière nigériane.Des milliers de militants ont bénéficié de cette amnistie proposée l'année dernière.

Le double attentat de vendredi est la première action de ce genre menée par le Mend à Abuja, ville située au centre du pays.Il intervient après une trêve des attentats liée à l'amnistie.