Burkina: la diaspora se dote d'un mouvement politique et soutient M. Kaboré

Par AFP

AFRICA RADIO

La diaspora burkinabé, une communauté de sept millions de ressortissants dont plus de la moitié vit en Côte d'Ivoire, a lancé samedi à Abidjan, son premier mouvement politique pour peser sur l'élection présidentielle de novembre au Burkina.

Quelques milliers de délégués venus de 18 pays ont mis en place dans un grand hôtel de la capitale économique ivoirienne, un mouvement politique dénommé "C'est le moment!""Nous avons décidé de porter notre choix sur le président Roch Marc Christian Kaboré qui brigue un deuxième mandat parce qu'il a permis à la diaspora de prendre part aux élections, d'obtenir dix sièges au parlement (dans la prochaine législature) et de disposer d'un ministère des burkinabé de l'étranger", a aussitôt déclaré Moumouni Pograwa, son porte-parolePour M. Pograwa, "le président Kaboré a fait front contre le terrorisme et constitue un bouclier face à ce fléau".La diaspora burkinabè transfère chaque année l'équivalent de 58 milliards de FCFA (environ 88 millions d'euros) dans leur pays, selon les chiffres officiels.M. Kaboré, 63 ans, a été investi le 11 juillet par le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), son parti, pour briguer un second mandat, alors que le pays a sombré dans les violences jihadistes en cinq ans. Le Burkina Faso est confronté à des violences jihadistes, entremêlées à des conflits intercommunautaires, qui ont fait depuis 2015 au moins 1.100 morts et contraint près d'un million de personnes à fuir leurs foyers dans ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest.Le chef de file de l'opposition burkinabè Zéphirin Diabré, l'ex-Premier ministre Kadré Désiré Ouédraogo, Gilbert Noël Ouédraogo, dirigeant d'un parti anciennement allié à Compaoré, ou encore Eddie Komboïgo, le président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), l'ex-parti de Compaoré, se sont déclarés candidats à la présidentielle de novembre.