Burkina : quatre personnes, dont deux supplétifs de l'armée, tuées dans le Nord

Par AFP

AFRICA RADIO

Au moins quatre personnes, dont deux supplétifs des forces de sécurité burkinabè, ont été tués dimanche lors de deux attaques distinctes dans le nord du Burkina Faso, ont indiqué des sources sécuritaires et locales.

"Des individus armés non identifiés ont perpétré une attaque contre les VDP (volontaires pour la défense de la patrie) de Noralkinga, près de la commune de Kelbo, dans la région du Sahel. Malheureusement deux d'entre eux ont perdu la vie au cours de cette attaque", a déclaré une source de sécurité. Un responsable des VDP, joint par l'AFP, a confirmé l'attaque, précisant que "le bilan est de deux volontaires morts et trois blessés".Par ailleurs, "deux personnes ont également été tuées ce dimanche matin par des hommes armés à Takatami, une localité de la province voisine du Yagha", a ajouté la même source, précisant que "le soutien des forces de défense et de sécurité a permis de repousser les assaillants".Créés en décembre 2019, les VDP sont des supplétifs civils qui interviennent aux côtés des forces armées pour des missions de surveillance, d'information et de protection après une formation militaire de 14 jours.Ils font également office de pisteurs et combattent souvent avec l'armée, au prix de lourdes pertes, avec plus de 200 morts dans leurs rangs depuis 2020, selon un décompte de l'AFP.Depuis le 5 mai, les forces armées burkinabè ont lancé, face à la recrudescence des attaques jihadistes, une opération d'envergure dans les régions du Nord et du Sahel. Malgré l'annonce de nombreuses opérations de ce type, les forces de sécurité burkinabè peinent à enrayer la spirale de violences jihadistes. Ces violences ont fait depuis 2015 plus de 1.300 morts et plus d'un million de déplacés, fuyant les zones de violences.