Cameroun: pluie de critiques après la garde à vue d'une célèbre femme d'affaires

13 août 2021 à 15h32 par AFP

AFRICA RADIO

La garde à vue, levée au bout de trois jours, à Douala de Rebecca Enonchong, célèbre femme d'affaires camerounaise, pour "outrage à magistrat", a provoqué une avalanche de réactions dans le pays et sur les réseaux sociaux où le hashtag #FreeRebecca est devenu viral.

Classée en 2020 parmi les 50 femmes les plus influentes d'Afrique par le magazine Forbes, Rebecca Enonchong a été retenue de mardi à vendredi après-midi à la gendarmerie de la capitale économique du Cameroun. "Elle vient d'être libérée. Elle a bénéficié d'un classement sans suite", a déclaré vendredi à l'AFP Maître Yves Mbadi, avocat de Mme Enonchong."Cela concerne une affaire de succession avec un de ses frères, elle a été accusée d'outrage à magistrat quand elle a demandé l'avancement de son dossier au procureur", avait détaillé à l'AFP Me Alice Nkom, également avocate de la femme d'affaires, évoquant une "dérive dictatoriale".De nombreux messages sur les réseaux sociaux au Cameroun et dans le reste du monde ont été publiés pour demander la libération de la femme d'affaires. Le hashtag #FreeRebecca a notamment été repris jeudi sur son compte Twitter par l'ambassadeur de France au Cameroun, avec une photo de Mme Enonchong. "Je suis libre! Toutes les charges ont été abandonnées! Nous pouvons retirer le hashtag #FreeRebecca", a écrit sur Twitter Mme Enonchong. Sollicité à plusieurs reprises par l'AFP, le procureur de Douala n'a pas donné suite.Suivie par plus de 123.000 abonnés sur Twitter, Rebecca Enonchong est aussi connue au Cameroun pour ses nombreuses prises de position. Engagée politiquement, elle interpelle les autorités sur la fracture numérique en Afrique. Plus récemment, elle avait critiqué la gestion des fonds destinés à la gestion de la pandémie de Covid-19 par le gouvernement camerounais.Rebecca Enonchong est l'une des figures de proue de l'écosystème numérique du Cameroun. En 1999, elle créé AppsTech, un fournisseur mondial de logiciels de gestion d'entreprise.Elle est également présidente d'ActivSpaces, l'un des principaux incubateurs de start-up au Cameroun, et d'Afrilabs, un réseau panafricain constitué de près de 250 centres d'innovation, présent dans une cinquantaine de pays et qui soutient près d'un million d'entrepreneurs en Afrique.Mme Enonchong siège aussi au conseil d'administration de plusieurs entreprises reconnues internationalement dans le domaine de la Tech.jbk-amt-dyg-rek/sba/ayv/