Charlene et Albert de Monaco se sont dit "oui" devant l'autel

Par La rédaction

MONACO (AFP) - (AFP)

 Le prince Albert et la princesse Charlene de Monaco ont échangé samedi leurs consentements au cours d'une cérémonie religieuse en plein air devant 800 invités de marque. 

 Charlene de Monaco, vêtue d'une robe Armani à la forme simple et près du corps, en soie blanc-cassé avec des broderies, est arrivée au bras de son père, précédée dans la Cour d'honneur du palais de Monaco par le prince Albert II.

Le prince en uniforme de carabinier blanc l'attendait devant l'autel, souriant, l'air détendu, lui prenant la main avant le début de la cérémonie et lui adressant de petits mots au cours du "Gloria" de Mozart entamé par les choeurs de l'opéra de Monaco.

La mariée avait auparavant traversé toute la place du palais, depuis la maison des carabiniers, sous les yeux de milliers de Monégasques invités à assister à la cérémonie sur écrans géants et qui l'ont chaleureusement applaudie.

Le couple a été accueilli par l'archevêque Bernard Barsi, qui les a invités à se tenir la main et échanger leurs consentements.Et le prince a gratifié Charlene d'un clin d'oeil avant de dire "oui".

  L'échange des alliances s'est accompagné d'un chant traditionnel sud-africain qui amène la bonne fortune aux mariés.Son interprétation par la cantatrice Pumela Matshikiza a suscité un large sourire de Charlene et une forte émotion chez son père.

Les mariés ont échangé des sourires très complices, avant un solennel chant religieux interprété par la cantatrice américaine Renée Fleming.

Charlene a enfin soulevé son voile et les deux époux ont échangé un petit baiser.

A Monaco, le climat s'est dédramatisé depuis le "oui" de Charlene devant l'officier d'Etat civil vendredi.Cette union devant l'Eglise était très attendue par les Monégasques, qui souhaitent que 700 ans de dynastie Grimaldi soit perpétuée.

 La presse du monde entier avait évoqué, quelques jours avant le mariage, la rumeur d'une récente tentative de fuite de Charlene à l'aéroport en raison d'une éventuelle paternité cachée d'Albert.Désormais, des sources proches de l'organisation du mariage parlent bien d'un couac entre les deux époux et d'une probable demande de reconnaissance de paternité.

Jusque là, le prince n'avait jamais semblé pressé de se marier.Après être resté longtemps dans l'ombre de son père ou de ses soeurs archi médiatisées, le souverain semble avoir gagné en assurance pour célébrer à 50 ans passés son mariage.

Dès samedi matin une nuée de visiteurs des environs mais aussi de vacanciers ont commencé à affluer pour assister à la cérémonie, retransmise en ville sur écrans."Pas de casquette" sur le Rocher pour l'occasion, expliquait un policier à un touriste, tandis que commençait derrière lui le défilé des berlines officielles.

Parmi les 800 invités, le roi des Belges, l'ex-tennisman Henri Leconte, le musicien Jean-Michel Jarre, l'épouse de l'ancien président Jacques Chirac, Bernadette Chirac, en robe de mousseline marine avec chapeau à plumes assorti.

Le chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy faisait aussi partie des personnes conviées, comme les présidents libanais, allemand, irlandais ou islandais, et une série de têtes couronnées comme le prince Edward, fils cadet d'Elisabeth II.

Le couple a boudé la cathédrale où la princesse Grace et le prince Rainier s'étaient unis voici 55 ans, un cadre qui aurait limité la liste des invités à 500.

 La cérémonie terminée, le couple devait partir en voiture décapotable jusqu'à la chapelle Sainte-Dévote pour un traditionnel dépôt du bouquet de la mariée.

Place ensuite à un  dîner préparé par Alain Ducasse pour 500 convives privilégiés.Après la pièce montée et le feu d'artifice, 200 amis du couple rejoindront l'opéra métamorphosé en piste de danse pour fêter l'événement jusqu'à l'aube.