Coronavirus au Niger : dix manifestants écroués dans une prison de haute sécurité

Par AFP

AFRICA RADIO

Dix personnes ont été écrouées dans une prison de haute sécurité après leur arrestation lors de violentes manifestations à Niamey contre le couvre-feu et l'interdiction des prières collectives pour lutter contre la propagation du coronavirus au Niger, a indiqué mardi la police.

"Cent-huit manifestants ont été interpellés dans la ville de Niamey entre le 17 et le 19 avril dont dix sont déposés à la prison de haute sécurité de Koutoukalé", a déclaré la police dans un communiqué transmis à l'AFP.La prison de Koutoukalé (60 km de la capitale) est l'établissement pénitentiaire le mieux gardé du pays, où de nombreux jihadistes sont également détenus.Dimanche soir, des échauffourées ont opposé les forces de l'ordre aux habitants de plusieurs quartiers de Niamey, qui s'étaient soulevés contre des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus, notamment un couvre-feu (19H00 à 6H00 heures du matin) et surtout l'interdiction des prières collectives dans ce pays majoritairement musulman, à quelques jours du début probable du Ramadan.A Lazaret, un quartier populaire de Niamey, les forces de l'ordre étaient intervenues pour disperser à l'aide de grenades lacrymogènes des habitants qui s'apprêtaient à organiser une prière collective dans une mosquée, selon des habitants. L'opération a vite dégénéré en émeute. Aux cris de "la lutte continue!", "ne reculez pas!", les manifestants, majoritairement des jeunes, ont brûlé des pneus et érigé des barricades de pierres dans les rues. Des manifestations similaires avaient été organisées avant celles de Lazaret dans des zones en périphérie de la capitale, a expliqué à l'AFP une source sécuritaire. Le Niger, un des Etats les plus pauvres au monde, totalise depuis le 19 mars 655 cas de coronavirus dont 20 décès, selon un bilan du ministère de la Santé publié lundi soir. Le 12 avril, le gouvernement a prolongé l'isolement de Niamey du reste du pays ainsi que l'état d'urgence et le couvre-feu. Les lieux de culte et les écoles sont fermées. Le Niger doit par ailleurs faire face aux attaques de groupes jihadistes, à l'ouest du côté de ses frontières avec le Mali et le Burkina Faso, et au sud-est du côté de sa frontière avec le Nigeria.Le Niger abrite près de 450.000 réfugiés (Nigérians, Maliens et Burkinabè) et déplacés, chassés par les violences jihadistes ou des bandes armées, selon l'ONU.