Demande de retour en Sierra Leone des diamants offerts à Naomi Campbell

Par La rédaction

FREETOWN (AFP)

La commissaire sierra-léonaise aux droits de l'homme a demandé le retour dans son pays des diamants qui auraient été offerts au mannequin Naomi Campbell par l'ancien président libérien, Charles Taylor, jugé à La Haye pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Yasmin Jusu-Sheriff a indiqué à la presse qu'elle avait demandé au gouvernement sierra-léonais et au Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) qui juge Taylor "de contacter le gouvernement sud-africain pour que les diamants soient rendus à la Sierra Leone".

"Nous voulons que les diamants soient rendus afin de les vendre et que l'argent soit placé dans le Fonds des victimes de guerre du pays", a précisé Mme Jusu-Sheriff.

Lors de son témoignage devant le TSSL, Naomi Campbell avait affirmé la semaine dernière avoir reçu "deux ou trois" diamants bruts, qu'elle a décrits comme "des pierres ayant un aspect sale", après un dîner en 1997 en Afrique du Sud auquel participait Charles Taylor.

Elle a assuré avoir donné ces pierres à Jeremy Ratcliffe, ancien directeur du Fonds sud-africain d'aide à l'enfance Nelson Mandela qui les a lui-même remis la semaine dernière à la police sud-africaine.

Selon la commissaire sierra-léonaise aux droits de l'homme, le Fonds d'aide aux victimes de la guerre ne dispose que "de 44.000 dollars" (38.000 euros).

Elle a ajouté que c'était loin d'être suffisant pour aider les milliers de victimes de viols, amputations et tortures de la guerre civile qui a ravagé la Sierra Leone de 1991 à 2001 et a fait quelque 120.000 morts.

En tant que président d'un pays voisin de la Sierra Leone, Charles Taylor est accusé d'avoir participé à cette guerre par son soutien à la rébellion responsable de ces atrocités, principalement financée par les "diamants du sang".