Ethiopie: l'Amhara appelle ses résidents à combattre les rebelles du Tigré

25 juillet 2021 à 12h24 par AFP

AFRICA RADIO

La région éthiopienne de l'Amhara a appelé dimanche tous ses citoyens armés à se mobiliser contre les rebelles du Tigré, où la guerre fait rage, selon les médias locaux.


Dans une communication diffusée dimanche, le président de l'Amhara, Agegnehu Teshager, évoque une "campagne de survie" pour cette région qui borde le sud du Tigré (nord).Les deux régions s'opposent depuis des décennies au sujet notamment d'une zone de terres fertiles devenue un enjeu clé de la guerre. Vendredi, la région Afar, à l'est du Tigré, a lancé un appel similaire à ses combattants civils. Ces deux appels témoignent de la façon dont le conflit au Tigré, dans lequel le Premier ministre Abiy Ahmed s'était déclaré victorieux fin novembre, pourrait gagner d'autres régions d'Ethiopie. "A partir de demain (lundi), j'appelle tous les gens en âge (de le faire), qui sont armés au niveau du gouvernement ou au niveau privé, à se mobiliser pour une campagne de survie", a déclaré M. Agegnehu."Le soutien que nous recevons des civils dans la région est écrasant. Nous sommes fiers de cela", a-t-il ajouté.M. Abiy, prix Nobel de la Paix en 2019, a envoyé l'armée fédérale au Tigré en novembre 2020, après des mois de tensions croissantes, afin de destituer les autorités régionales, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Il a déclaré victoire fin novembre après la prise de la capitale régionale, Mekele, mais les combats se sont poursuivis et fin juin, les rebelles pro-TPLF ont regagné la majeure partie de la région, dont Mekele.Dans la foulée, le gouvernement a déclaré un cessez-le-feu unilatéral mais les combats ont continué. Six régions éthiopiennes, ainsi que la ville de Dire Dawa, ont récemment annoncé envoyer des troupes pour soutenir l'armée fédérale.Au moins 20 civils ont été tués et des dizaines de milliers d'autres ont été déplacés dans de violents combats en Afar, a affirmé jeudi un responsable éthiopien.Un porte-parole des rebelles, Getachew Reda, a déclaré que ces derniers entendaient "libérer chaque centimètre carré du Tigré", dont les terres contestées de l'ouest et du sud, occupées depuis le début de la guerre par les Amhara, qui les revendiquent. Un blackout sur les télécommunications au Tigré ne permet pas de vérifier sur le terrain quelles sont les zones contrôlées par les différents acteurs du conflit.La guerre a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés, selon les Nations unies.