Guinée: Alpha Condé prend le ministère de la Défense, Yansané garde l'Economie

27 décembre 2010 à 23h30 par La rédaction

CONAKRY (AFP)

Le nouveau président guinéen Alpha Condé a procédé lundi à 17 premières nominations pour former le gouvernement dirigé par Mohamed Said Fofana, en maintenant à l'Economie le banquier Kerfala Yansané et en s'attribuant le délicat ministère de la Défense.

"Nous allons former le gouvernement progressivement, une partie sera présentée aujourd'hui (lundi), le reste dans les jours à venir", a annoncé à la radio et la télévision publiques le président Condé, élu le mois dernier, après 52 ans de régimes dictatoriaux ou autoritaires.

"Je rassure tout le monde: les institutions vont se mettre en place progressivement, il n'y aura pas la chasse aux sorcières, nous allons conduire le pays dans la paix et la tranquillité, pour le bonheur de tous les Guinéens", a-t-il promis.

Alpha Condé a choisi de maintenir à son poste le banquier Kerfala Yansané, qui dirigeait depuis janvier le ministère de l'Economie et des finances dans le gouvernement de transition que dirigeait Jean-Marie Doré.

Il a placé au ministère des Affaires étrangères un inconnu, Edouard Gnakoï Lamah (ou Gnakoye Lamah).

Le président de la République a par ailleurs annoncé qu'il dirigerait lui-même le ministère de la Défense."Pour montrer à quel point je me soucie de la situation de l'armée, je serai moi-même ministre de la Défense, avec un ministre délégué", a-t-il dit.

Il succédera ainsi au général Sékouba Konaté qui avait présidé tout au long de l'année 2010 le régime de transition - du régime militaire vers la démocratie - tout en étant ministre de la Défense.

"Je m'occuperai moi-même des problèmes de l'armée parce que nous voulons que l'armée qui est devenue aujourd'hui républicaine soit à la hauteur de ce que l'Afrique attend de nous", a-t-il dit, après 26 ans de régimes militaires marqués par un grand nombre d'exactions commises par des soldats et par le massacre du 28 septembre 2009, qui avait fait plus de 150 morts à Conakry.

Restent au gouvernement deux officiers supérieurs de l'armée qui avaient participé au coup d'Etat de décembre 2008, et qui étaient de très proches collaborateurs du général Konaté: le général Mathurin Bangoura, qui passe des Transports à l'Urbanisme, et le général Mamadou Korka Diallo, qui laisse la Pêche pour s'occuper de l'Elevage.

Dans l'ensemble, le président Condé a semblé respecter dans ses nominations un équilibre entre les quatre régions et les principales ethnies du pays.

Papa Koly Kourouma, un proche de l'ex-chef de la junte Moussa Dadis Camara, retrouve le ministère de l'Environnement qu'il dirigeait quand les putschistes étaient au pouvoir en 2008.Il avait été pour beaucoup dans le vote massif de la Guinée forestière en faveur de Condé au second tour.

Autre fait marquant: l'entrée pour la première fois dans un gouvernement d'Ousmane Bah, le président de l'Union pour le progrès et le renouveau (UPR), originaire de la Moyenne-Guinée.M. Bah avait soutenu Alpha Condé au second tour de la présidentielle, alors que l'essentiel de sa communauté peule suivait l'autre candidat, Cellou Dalein Diallo.

Le président a par ailleurs signé un décret remplaçant le chef d'état-major des forces armées, le général Nouhou Thiam, par le général Kéléfa Diallo (tous deux étant des Peuls de Haute-Guinée).Le général Diallo, ex-commandant de la 3e région militaire de Kankan (Haute-Guinée), a été promu au grade de général de brigade.

"Je demande à chacun de vous de vaquer à ses occupations, le pays est tranquille, l'armée est républicaine, derrière son commandant en chef", a affirmé M. Condé.

Dans un pays en faillite en dépit d'immenses ressources minières, le président s'est de nouveau engagé à concrétiser "le changement" promis aux Guinéens."J'ai déjà commencé à discuter avec les bailleurs de fonds pour m'expliquer avec eux sur les différents problèmes qui se posent à notre pays", a-t-il annoncé.