JDA du Vendredi 11 Novembre 2011

11 novembre 2011 à 13h04 par La rédaction

_ Rév. Armand MAVINGA TSAFUNENGA, homme politique, chercheur, enseignant, essayisteActu _ LIBERIA : Ellen Johnson Sirleaf réélue : La présidente sortante, prix Nobel de la paix 2011, a été réélue à la tête du Libéria avec 90,8% des voix.Cette réélection à l'issue du second tour n'est pas une surprise, car son rival Winston Tubman avait boycotté le second tour de l'élection. Toutefois, la faible participation (37,4%), risque de compliquer la tâche à Mme Sirleaf._ RD CONGO : Ce 28 novembre 2011, les élections couplées « Présidentielle » - « législatives » se tiendront à travers ce pays de 65 millions d'habitants, dont 32 millions d'électeurs. Mais plusieurs signaux négatifs semblent présager d'un scrutin pour le moins perturbé : des incidents récurrents dans toutes les provinces et opposant les membres de la majorité présidentielle contre ceux de l'opposition, une opposition éclatée -, des manifestations réprimées dans le sang par les forces de l'ordre, un partage de temps d'antenne déséquilibré entre les différents candidats à la présidentielle, pléthore de candidats pour les 500 sièges du parlement, une presse à la limite partisane quand elle n'est pas tout simplement muselée�?� Le cardinal de Kinshasa, Mgr Laurent MONSENGWO (et il en a l'expérience), se dit très dubitatif quant à des élections apaisées. Que sera la RDC au lendemain du 28 novembre 2011 ? _ COTE D'IVOIRE : Le président OUATTARA peut-il diriger le pays sans le FPI de Laurent GBAGBO ? Les listes de candidatures sont closes depuis 31 octobre 2011. Le camp OUATTARA a rendu public les noms des candidats à la législature. Le FPI joue-t-il positif avec la carte de la chaise vide ? Se retirer de ces élections n'est-ce pas une manière de laisse la voie libre à OUATTARA et les siens de légiférer dans la légalité totale ? A l'allure où vont les choses, les législatives du 11 décembre 2011 risquent de se passer en l'absence du clan de Laurent Gbagbo._ NIGERIA : Qui se cache derrière Boko Haram ? Est-ce la nouvelle guerre sainte de l'Islam ?, qu'est ce que signifie BOKO HARAM ?Boko haram (terme haoussa) est un nom qui a été donné à ce mouvement d'islamistes radicaux. Il signifie « L'éducation à l'occidental est un pêché ». Il marque le rejet de la modernité occidentale que véhicule ce groupe. Eux se revendiquent comme des disciples du prophète pour la propagation de l'islam et de la guerre sainte. Mouvement insurrectionnel local au départ, il est favorable à l'établissement d'une République islamique sur l'ensemble du Nigeria et l'application de la charia dans le pays.