Dépêches AFP

Kenya: enquête pour détournement de fonds contre l'agence médicale Kemsa

19 septembre 2020 à 15h57 Par AFP
Le procureur général du Kenya, Noordin Haji, a annoncé le lancement d'une enquête concernant 71 millions de dollars de "dépenses irrégulières" liées au Covid-19 effectuées par l'Agence publique de fourniture médicale (Kemsa). Kemsa est au centre d'un scandale de détournement de millions de dollars destinés à lutter contre le coronavirus, qui fait la Une des journaux depuis des semaines et qui a déclenché des manifestations et des grèves dans les hôpitaux.Cet organisme d'Etat est chargé de l'achat des médicaments et équipements médicaux pour tous les hôpitaux publics, mal équipés face au Covid-19.A la demande du président Uhuru Kenyatta, la Commission éthique et anticorruption avait lancé une première enquête il y a trois semaines en raison de soupçons sur l'octroi par Kemsa de contrats d'approvisionnement à des personnalités influentes, dont des hommes politiques, sans respect des règles sur les marchés publics. La Commission a rendu vendredi au procureur général ses travaux, qui concluent à "des approvisionnements irréguliers et des paiements frauduleux" dans l'achat d'équipements pour un montant de 7,8 milliards de shillings (environ 71 millions de dollars)."En conséquence, j'ai nommé une équipes de procureurs séniors et expérimentés pour mener un examen indépendant et exhaustif du dossier d'enquête", a affirmé Noordin Haji dans un communiqué vendredi soir.Cette enquête pourrait entraîner des poursuites judiciaires contre des individus, principalement des responsables de Kemsa et des fournisseurs.Les investigations de la Commission éthique et anticorruption ont déjà entraîné plusieurs suspensions, dont celle du directeur général de Kemsa Jonah Manjari et de son responsable de l'approvisionnement Charles Juma.Plus largement, des responsables et des hommes d'affaires kényans sont accusés d'avoir dérobé 400 millions de dollars de fonds publics destinés à l'achat d'équipement médical nécessaire au combat contre le nouveau coronavirus.La totalité du budget reçu par Kemsa dans ce cadre n'est pas connue.La police kényane enquête également sur des allégations de vol de matériel de protection offert en mars par le milliardaire chinois Jack Ma, fondateur du groupe de vente en ligne Alibaba.Le nouveau coronavirus a officiellement contaminé 36.829 personnes au Kenya depuis mars, mais le nombre de nouvelles infections a baissé ces dernières semaines. L'OMS-Kenya a toutefois tempéré l'optimisme des autorités kényanes.Le Kenya a été touché par de nombreux scandales de corruption ces dernières années. En 2020, le pays a été classé 137e sur 180 dans l'index sur la perception de la corruption établi par Transparency International.md/thm