Kenya: quatre civils tués dans l'Est, dans une attaque attribuée aux shebab

Par AFP

AFRICA RADIO

Quatre civils, dont un enfant, ont été tués par balle mardi lors d'une attaque attribuée par la police aux islamistes somaliens shebab contre un pylône de télécommunication dans l'est du Kenya, près de la frontière somalienne, a-t-on appris de source policière.

L'attaque a eu lieu dans la nuit dans la ville de Saretho, à 25 km du camp de réfugiés de Dadaab, que le gouvernement a par le passé accusé de servir de base aux shebab pour lancer des opérations sur le sol kényan.Les assaillants ont visé "un pylône de télécommunication à proximité et quatre vies innocentes ont été perdues dans l'opération, dont celles d'un enseignant et d'un jeune enfant", a indiqué la police dans un communiqué attribuant aux shebab la responsabilité de l'attaque."Deux des assaillants ont été abattus", a précisé à l'AFP le porte-parole de la police kényane, Charles Owino, ajoutant que plus d'une dizaine de personnes avaient pris part à l'assaut.La police a notamment découvert deux kalachnikov et du matériel pour fabriquer des engins explosifs improvisés.La police kényane est en état d'alerte depuis que des combattants shebab ont attaqué dimanche une base militaire américano-kényane à Lamu, dans le sud-est du Kenya, près de la frontière avec la Somalie.Trois Américains - un militaire et deux sous-traitants du Pentagone - ont été tués et plusieurs avions détruits.Affiliés à Al-Qaïda, les shebab ont juré la perte gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et les 20.000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom).Chassés de Mogadiscio en 2011, ils ont perdu l'essentiel de leurs bastions mais contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides.Depuis son intervention militaire dans le sud de la Somalie en 2011 pour lutter contre les shebab, le Kenya a été la cible de plusieurs attentats meurtriers, notamment ceux du centre commercial Westgate à Nairobi (septembre 2013 - 67 morts) et de l'université de Garissa (avril 2015 - 148 morts).La plus récente, menée en janvier 2019 par des shebab d'origine kényane contre un complexe de Nairobi regroupant l'hôtel Dusit et des bureaux, a fait 21 morts.