La mortalité infantile en baisse en RDC, mais des inquiétudes demeurent

18 septembre 2010 à 15h18 par La rédaction

KINSHASA (RDCongo) (AFP)

La mortalité infantile a reculé et l'accès à l'école a progressé depuis 2001 en RDC, mais les enfants souffrent de retards de croissance et leur protection sociale s'est affaiblie, selon une enquête du gouvernement et de l'Unicef publiée samedi à Kinshasa.

Selon cette enquête, réalisée début 2010 dans les 11 provinces du pays, 158 enfants sur 1.000 meurent avant l'âge de 5 ans, contre 213 pour 1.000 en 2001.

"Bien que toujours trop élevé, ce chiffre représente une amélioration significative", a déclaré Pierette Vu Thi, représentante en RDC du Fonds des Nations unies pour l'enfance, lors de la présentation des résultats préliminaires de l'enquête, au côté du ministre congolais du Plan, Olivier Kamitatu.

"La réduction des épisodes de fièvre dus au paludisme, grâce à l'utilisation accrue des moustiquaires et une vaccination de routine plus étendue, sont parmi les facteurs clés" de ce résultat, a-t-elle expliqué.

Concernant l'éducation, trois enfants sur quatre -âgés entre 6 et 11 ans- vont à l'école, soit une hausse de 23% par rapport à 2001, selon l'enquête.

Toutefois, presque la moitié des enfants en dessous de 5 ans souffrent d'un retard de croissance, "une situation alarmante" souvent due à la pauvreté des familles, selon Mme Vu Thi.

"Alors que 80% des enfants des ménages aisés ont été complètement vaccinés, ils ne sont que 20% à l'avoir été dans les ménages les plus démunis", a-t-elle notamment précisé.

En 2010 en RDC, seulement une personne sur sept vit dans des conditions d'hygiène acceptable et à peine la moitié de la population a accès à l'eau potable, selon l'étude."Une situation qui n'a guère changé au cours des dix dernières années", a regretté la responsable de l'Unicef.

Le secteur de la protection de l'enfance marque "une évolution préoccupante", a-t-elle ajouté, en notant que le taux d'enregistrement à l'état-civil est passé de 34% en 2001 à 28% en 2010.L'acte de naissance est synonyme d'accès aux droits mais aussi de protection contre les groupes armés, qui sévissent toujours dans l'est du pays et recrutent des mineurs.

L'enquête révèle par ailleurs que 42% des 5-14 ans sont touchés par le travail des enfants, ou encore que 45% des femmes âgées 20 à 40 ans se sont mariées avant 18 ans.