La Somalie refuse de laisser revenir un émissaire de l'ONU expulsé (diplomates)

Par AFP

AFRICA RADIO

Le président somalien a dit vendredi au chef de l'ONU Antonio Guterres qu'il ne reviendrait pas sur la décision d'expulser un émissaire onusien qui s'était inquiété de violences dans son pays, ont indiqué des diplomates.

M. Guterres s'est entretenu par téléphone avec le président Mohamed Abdullahi Mohamed, son deuxième appel au responsable en trois jours, pour l'exhorter de nouveau à changer d'avis, selon la même source.Mais le président somalien a confirmé que l'émissaire Nicholas Haysom était persona non grata.Le Royaume-Uni a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à tenir des consultations à huis clos plus tard vendredi à ce sujet.M. Guterres "regrette profondément" la décision somalienne, a dit le porte-parole onusien Farhan Haq. Mais il a selon lui malgré tout l'intention de nommer un nouvel émissaire.M. Haysom, un diplomate sud-africain, a reçu l'ordre de quitter la Somalie après avoir interrogé la décision du gouvernement de Mogadiscio d'arrêter un ancien shebab candidat à une élection régionale.Muktar Robow avait publiquement fait défection en août 2017. Mais à une semaine de l'élection régionale, le gouvernement fédéral l'avait arrêté, l'accusant d'avoir "organisé une milice" et de n'avoir "jamais renoncé à ses idéologies extrémistes".Son arrestation avait provoqué des manifestations en décembre, que les forces de l'ordre ont violemment réprimées, faisant au moins 15 morts.Dans une lettre envoyée au gouvernement, M. Haysom avait demandé une enquête sur les violences et des informations sur les bases légales de l'arrestation de M. Robow. Jeudi, la Somalie a dit au Conseil de sécurité de "ne pas interférer dans ses affaires intérieures et de laisser les Somaliens en charge de leur propre destin".