Le président tunisien en tournée pour relancer l'union du Maghreb

Par La rédaction

TUNIS (AFP) - (AFP)

Le président tunisien Moncef Marzouki entame mercredi sa première tournée régionale pour tenter de remettre sur les rails le processus d'union maghrébine bloqué depuis plusieurs années par le problème du Sahara occidental.

En fonction depuis sept semaines, M. Marzouki entame un périple de six jours au Maroc, pays où il sent chez lui et où se recueillera sur la tombe de son père mort en exil, avant de se rendre en Mauritanie, puis en Algérie.Il sera reçu mercredi par le roi Mohammed VI au palais royal de Rabat.

"Cette tournée vise à réanimer l'Union du Maghreb arabe (UMA - Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie) à travers la tenue d'un sommet que la Tunisie se propose d'accueillir", a indiqué son porte-parole Adane Moncer.

Une rencontre des chefs d'Etat permettrait "un retour en force" de l'UMA, a ajouté M. Moncer, précisant que M. Marzouki en avait discuté avec le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia au sommet de l'Union africaine fin janvier à Addis Abeba.

Ancien opposant à Ben Ali et défenseur des droits de l'Homme, M. Marzouki plaide pour un "Maghreb des libertés" dont les ressortissants auront le droit de circuler, résider, investir ou devenir propriétaire.

"L'année 2012 sera l'année du Maghreb", s'enthousiasme-t-il, invitant les Maghrébins "à rêver" d'un espace ouvert, sur le modèle de l'Union européenne.

Créé en février 1989, l'UMA est en panne depuis 1994, date de son dernier sommet.Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi qui présidait alors cette union avait fait capoter un sommet prévu en mai 2005 pour relancer l'intégration régionale.

Mais le principal obstacle de l'Union reste le Sahara Occidental, ex-colonie espagnole annexée depuis 1975 par le Maroc, alors que l'Algérie appuie le front sahraoui Polisario, indépendantiste.L'ONU mène des négociations pour trouver une solution internationale.

"Faire du règlement de la question du Sahara occidental un préalable est devenu anachronique", a dit le porte-parole, soulignant la nécessité aux yeux de M. Marzouki de contourner la question pour "créer un nouveau Maghreb" dans le contexte politique changé dans la région.

L'UMA doit faire l'objet d'une réunion ministérielle fin février à Rabat, avant un éventuel sommet que la Tunisie souhaite accueillir.

Politique sécuritaire commune

Les institutions internationales et les partenaires occidentaux des Etats maghrébins pointent souvent le déficit de croissance dû à l'absence d'intégration régionale et ses conséquences, le chômage et la précarité, qui poussent des milliers de jeunes Maghrébins à l'immigration clandestine.

L'insécurité, la contrebande, le trafic d'armes et "la lutte contre l'extrémisme" --un phénomène qui ressurgit à la faveur des amnisties et libertés postrévolutionnaires -- seront par ailleurs au menu des discussions de M. Marzouki dans les capitales maghrébines.

"La réactivation de l'UMA devrait permettre la mise en route d'une politique sécuritaire commune entre les pays qui la composent", selon son porte-parole.

Depuis la chute de Ben Ali, le 14 janvier 2011, la Tunisie est confrontée à l'insécurité sur ses frontières, notamment à la frontière de Libye --premier partenaire économique de la Tunisie au Maghreb.

M. Marzouki a d'ailleurs consacré à Tripoli sa première visite à l'étranger, début janvier.

Des accrochages sanglants ont eu lieu début février dans le sud-est tunisien avec un groupe armé qui transportait des armes en provenance de Libye, selon des sources militaires.

En septembre dernier, un accrochage meurtrier s'était produit à la frontière tuniso-algérienne et en mai 2011, deux militaires tunisiens trouvèrent la mort dans des échanges de tirs avec des hommes "fortement suspectés d'appartenir à Al-Qaïda".