Les otages espagnols d'Aqmi attendus à la frontière Burkina/Mali

Par La rédaction

BAMAKO (AFP)

Les deux otages espagnols détenus depuis novembre par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) étaient "attendus d'un moment à l'autre" à la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, a appris l'AFP auprès d'une source sécuritaire de la région du Sahel.

"Le dispositif en place est qu'un hélicoptère vienne les chercher à la frontière où ils sont attendus d'un moment à l'autre", a indiqué cette source.

L'hélicoptère devait ensuite les emmener vers la capitale burkinabé, Ouagadougou.

Des médias espagnols ont affirmé que les deux otages, Roque Pascual et Albert Vilalta, étaient en route lundi matin vers la frontière entre le Mali et le Burkina Faso mais le gouvernement refusait de confirmer officiellement leur libération.

Ce dénouement intervient une semaine après l'extradition par Nouakchott vers son pays du Malien Omar Sid'Ahmed Ould Hamma, dit "Omar le Sahraoui", condamné à 12 ans de prison assortis de travaux forcés pour l'enlèvement des humanitaires espagnols le 29 novembre 2009 en Mauritanie.

Il avait agi pour le compte d'Aqmi qui les avait ensuite transférés dans le nord du Mali.

Une autre otage espagnole enlevée en même temps que Pascual et Vilalta, Alicia Gamez, avait été libérée en mars dernier.