Liberia: second tour de la présidentielle, une seule candidate après des violences

8 novembre 2011 à 6h05 par La rédaction

MONROVIA (AFP) - (AFP)

Les Libériens sont appelés mardi aux urnes pour désigner leur président au lendemain de la dispersion sanglante de partisans de Winston Tubman qui s'est retiré de la course et a appelé à boycotter le scrutin, laissant seule en lice la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf.

Au moins deux personnes ont été tuées lundi à Monrovia selon des journalistes, 3 ou 4 selon le Congrès pour le changement démocratique (CDC), parti devant lequel s'étaient rassemblés des milliers de pro-Tubman qui entendaient marcher pacifiquement et ont été dispersé par la police anti-émeutes.

La Mission des Nations unies au Liberia (Minul, 8.000 hommes), a fait état d'un mort et plusieurs blessés, sans en préciser le nombre.Elle a appelé les différents camps à la retenue et indiqué avoir saisi "les autorités pour prévenir toute escalade". L'annonce de la manifestation du CDC avait suscité des inquiétudes au Liberia et à l'étranger en raison d'importants risques de dérapages dans un pays se relevant doucement de guerres civiles qui, de 1989 à 2003, ont fait quelque 250.000 morts.

"Plus personne dans ce pays ne veut revenir à la guerre", a affirmé lors de ses derniers meetings Mme Sirleaf, 73 ans, prix Nobel de la paix 2011, arrivée en tête au premier tour du 11 octobre avec 43,9% des voix contre 32,7% à M. Tubman.

Elle bénéficie du soutien de l'ex-chef de guerre devenu sénateur Prince Johnson (3e au premier tour avec 11,6% des voix) et du juriste Charles Brumskine (4e avec 5,5% des voix).

Tubman, 70 ans, a expliqué son refus de participer à l'élection par des craintes de fraudes similaires à celles qu'il a dénoncées au premier tour.Il a accusé la présidente sortante d'avoir utilisé en masse "les ressources de l'Etat" pour acheter le ralliement d'autres opposants au second tour.

Près de 1,8 million d'électeurs - sur quelque 4 millions d'habitants - sont appelés à voter de 08H00 à 18H00 (locales et GMT).Le scrutin sera supervisé par des milliers d'observateurs, dont ceux de l'Union africaine (UA) qui se sont déclarés "préoccupés" par le "mauvais signal" lancé par l'opposition par son appel au boycott.

Le 1er tour de la présidentielle, couplé à des législatives et sénatoriales auxquelles l'UP était également arrivé en tête, a été marqué par une forte participation (71%) et s'était déroulé dans le calme et dans des conditions libres et transparentes", selon les observateurs.

 Le président américain Barack Obama a lui mis en garde contre toute tentative de "perturber" le second tour de la présidentielle, soulignant que les électeurs avaient le droit de voter librement et sans peur.