Libye: la rébellion se prépare à une offensive

Par La rédaction

BENGHAZI (Libye) (AFP) - (AFP)

La rébellion libyenne se prépare à lancer une offensive majeure sur le front ouest avec l'objectif d'être à coup de canon de Tripoli, bastion du régime de Mouammar Kadhafi, remontée par le parachutage d'armes françaises et des frappes accrues de l'Otan.

Parallèlement, le président sud-africain Jacob Zuma se rend en Russie pour des entretiens lundi sur la crise libyenne, a annoncé la présidence sans préciser avec qui il doit s'entretenir.

Ces développements surviennent au moment où une solution négociée du conflit semble dans l'impasse, les protagonistes campant sur leurs positions près de cinq mois après le début du conflit lancé le 15 février par une révolte contre M. Kadhafi, qui refuse de quitter le pouvoir qu'il accapare depuis 42 ans.

Ils ont lieu au surlendemain du sommet de l'UA en Guinée équatoriale qui a adopté un accord-cadre prévoyant d'écarter M. Kadhafi des négociations, tout en refusant de coopérer à l'exécution du mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale contre le leader libyen pour crimes contre l'humanité.

Alors que les rebelles ont gagné du terrain dans les combats sur le front Ouest, le porte-parole militaire rebelle, Ahmed Omar Bani a affirmé que les insurgés se préparaient à une offensive majeure dans les 48 heures pour reprendre des secteurs au sud de Tripoli.

Les insurgés cherchent notamment à reprendre Bir Al-Ghanam, un carrefour stratégique à quelque 50 km au sud de Tripoli, afin d'être à portée de canon de la capitale libyenne.

"Dans les deux prochains jours, de nouveaux développements auront lieu sur cette ligne de front", a déclaré le porte-parole à Benghazi, fief de la rébellion dans l'Est, affirmant que les insurgés voulaient pousser la ligne de front plus vers le nord, en direction de Tripoli.

Après avoir été acculés à se retirer de la région de Bir Al-Ghanam dans les montagnes de Nefoussa, les rebelles veulent de nouveau s'emparer de ce carrefour visé vendredi par l'aviation de l'Otan.Deux véhicules blindés des pro-Kadhafi y ont été détruits.

En plus de cet appui aérien, les rebelles des montagnes berbères de cette région ont récemment reçu des armes parachutées par la France.

L'Otan, qui a pris le 31 mars le commandement des opérations militaires de la coalition internationale lancées 12 jours plus tôt, a annoncé avoir intensifié ses bombardements dans l'ouest, détruisant une cinquantaine d'objectifs militaires pendant la semaine.

Dans le même temps, l'alliance atlantique a poursuivi ses raids sur Tajoura, la grande banlieue est de Tripoli.Une manifestation a été organisée samedi près des bureaux des Nations unies dans la capitale où quelque 300 enfants ont dénoncé "l'incapacité" de l'ONU à "arrêter la machine de guerre contre les civils".

Dans une nouvelle tentative de trouver une issue négociée au conflit, M. Zuma doit rencontrer des responsables russes lundi.Moscou n'a pas confirmé cette visite.

Fin mai, Jacob Zuma, mandaté par l'UA, avait tenté une médiation auprès de Mouammar Kadhafi qui s'était soldée par un échec.

Il a participé cette semaine au sommet africain de Malabo qui a adopté un texte qui doit servir de base à des négociations futures entre les parties libyennes, mais les rebelles ont persisté à conditionner un départ de M. Kadhafi avant tout accord.

Comme l'Afrique du sud, la Russie cherche à jouer un rôle de médiateur dans le conflit.Le président Dimitri Medvedev a envoyé mi-juin en Libye un émissaire pour discuter avec les deux belligérants et avait dit qu'il était temps pour M. Kadhafi de partir.Mais Moscou a aussi protesté contre l'intensité des raids aériens de l'Otan.

Depuis le 15 février, le conflit a fait des milliers de morts et poussé à l'exode des centaines de milliers de personnes, selon des agences de l'ONU.