Manifestation à Dakar pour la transparence dans le pétrole et le gaz

Par AFP

AFRICA RADIO

Un nouveau rassemblement pour la transparence dans les contrats entre l'Etat du Sénégal et les compagnies étrangères dans le pétrole et le gaz a été organisé samedi à Dakar, à l'appel d'un collectif formé par la société civile et des hommes politiques, après un reportage de la BBC mettant en cause les hautes sphères du pouvoir sénégalais.

En juin 2012, peu après sa première élection, le président sénégalais Macky Sall avait confirmé la décision de son prédécesseur, Abdoulaye Wade, d'attribuer l'exploitation des deux champs pétroliers et gaziers à Petro-Tim, une société de l'homme d'affaires australo-roumain Frank Timis, au coeur du scandale qui secoue le Sénégal et écorne son image à l'étranger depuis la diffusion d'un reportage de la BBC le 3 juin.Selon la chaîne britannique, cette société a versé deux ans plus tard une prime secrète de 250.000 dollars au frère de Macky Sall, Aliou Sall, maire d'une commune de la banlieue de Dakar, ce que celui-ci a formellement démenti.Le rassemblement de samedi, le troisième en trois semaines, dont un interdit et réprimé le 14 juin, a réuni des dizaines de personnes près du centre-ville de Dakar, moins que la dernière manifestation, le 21 juin, qui avait mobilisé au moins 2.000 personnes.Des organisateurs ont accusé les autorités d'être responsable de cette faible mobilisation en n'ayant annoncé que samedi après-midi l'autorisation de la manifestation prévue depuis plusieurs jours."Nous voulons que dans 30 ou 50 ans, nos enfants puissent bénéficier des retombées" du pétrole et du gaz, a dit Cheikh Tidiane Dièye, un des organisateurs.Le frère du président Macky Sall, Aliou Sall, épinglé dans le reportage de la BBC a démissionné le 24 juin de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), institution financière qu'il dirigeait depuis septembre 2017.Le procureur de la république, Serigne Bassirou Guèye, avait lancé le 12 juin un "appel à témoins" pour amener les détenteurs d'informations sur la gestion du pétrole et du gaz à les livrer à la justice.Plusieurs personnes, dont des opposants, d'ex-responsables et des experts, ont depuis lors été auditionnés par la Division des investigations criminelles (DIC, police judiciaire) et la gendarmerie.mrb:jh