Manifestations à Djibouti: trois figures de l'opposition arrêtées, deux tués

19 février 2011 à 17h22 par La rédaction

DJIBOUTI (AFP)

Trois importantes figures de l'opposition ont été arrêtées samedi à Djibouti au lendemain d'une manifestation sans précédent contre le président Ismaël Omar Guelleh qui a dégénéré en de violents affrontements ayant fait officiellement deux morts.

"Aden Robleh Awaleh, Ismaël Guedi Hared et Mohamed Daoud Chehem ont été placés samedi en garde à vue suite aux violents heurts survenus vendredi soir entre forces de l'ordre et manifestants", a annoncé le procureur de la république Djama Souleiman.

Tous trois sont respectivement présidents du Parti national démocratique (PND), de l'Union pour la justice et la démocratie (UDJ) et du Parti démocratique djiboutien (PDD).

Ismaël Guedi Hared dirige également l'Union pour l'alternance démocratique (UAD), principale coalition de l'opposition à l'origine de la manifestation de vendredi qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes près du stade Gouled.

Les manifestants, se revendiquant des révolutions égyptienne et tunisienne, exigeaient le départ du président Guelleh, au pouvoir depuis 1999 et qui briguera un troisième mandat à la présidentielle du 8 avril prochain.

La manifestation s'est déroulée dans le calme tout l'après-midi jusqu'à ce que les protestataires annoncent leur intention de poursuivre leur sit-in pendant la nuit, alimentant la confusion tout en précipitant l'intervention des forces de l'ordre.

Les affrontements --grenades lacrymogènes contre jets de pierre-- ont cessé vers 22H30 dans la capitale mais se sont poursuivis de façon sporadique dans la banlieue populaire de Balbala, d'où venaient de nombreux manifestants et où des détonations d'origine indéterminée ont été entendus de façon sporadique toute la nuit.

Les heurts ont repris de façon sporadique samedi matin à Balbala, continuant dans la journée, alors que la situation est restée calme dans le centre de Djibouti-ville, quadrillée par les forces de sécurité.

Selon le ministère de l'Intérieur, un policier et un manifestant ont été tués au cours de ces violences impliquant "des groupes surexcités de manifestants qui ont saccagé, détruit, pillé et brûlé de nombreux biens, (...) et attaqué les forces de l'ordre".

Le ministère n'a pas précisé les circonstances exactes de la mort du policier, tandis que la "seconde victime est un manifestant qui a été heurté par un véhicule de police".

"Neuf autres policiers ont été blessés, dont un se trouve dans un état critique", toujours selon le ministère.

Plusieurs véhicules ont été incendiés ainsi qu'une annexe du parti au pouvoir, le Rassemblement populaire pour le progrès (RPP), tandis que les locaux d'une ONG dirigée par l'influente épouse du chef de l'Etat ont été endommagés.

Le procureur de la république a déploré ces "dégâts d'une ampleur inadmissible", se disant "outré par l'attitude et l'inconscience d'hommes politiques qui prétendent diriger les partis légaux et osent s'attaquer à un commissariat de police".

Il faisait référence aux circonstances de l'arrestation de deux des trois dirigeants de l'opposition.

MM.Robleh Awaleh et Ismaël Guedi Hared "ont forcé samedi en fin de matinée au moyen de leur véhicule le barrage du port de Djibouti, puis le commissariat de police local (...) afin de libérer M. Daoud Chehem", retenu sur place depuis la veille, a affirmé le procureur.

"Ce ne sont pas des amis de la démocratie et c'est eux qui tuent la démocratie", a-t-il accusé, sans préciser les charges qui pèsent contre eux.

Plusieurs militants de l'opposition et défenseurs des droits de l'homme avaient été arrêtés dans les jours suivant de premières manifestations estudiantine les 5 et 6 février, dont certains ont été depuis inculpés pour "participation à un mouvement insurrectionnel".