Maroc : Maâti Monjib, incarcéré au Maroc depuis trois mois et en grève de la faim, demande son transfert dans un hôpital

23 mars 2021 à 15h58 Par Nadir Djennad

Le comité France de soutien à Maâti Monjib alerte l'opinion internationale, les autorités marocaines et françaises sur l'état de santé très préoccupant de Maâti Monjib en grève de la faim depuis le 4 mars dernier. Il rappelle que Maâti Monjib souffre de maladies chroniques (diabète, arythmie cardiaque), qu'il s'est nettement affaibli après 18 jours de grève de la faim et qu'il a perdu conscience à plusieurs reprises. Maâti Monjib demande à être transféré dans un centre hospitalier afin d'être suivi par un cardiologue et de pouvoir continuer sa grève de la faim sous surveillance médicale. Le comité France de soutien à Maati Monjib exige sa libération sans délai et souligne la responsabilité des autorités marocaines et françaises face au danger que fait peser la grève de la faim sur sa vie. BACHIR BEN BARKA, porte-parole du comité en France « Il n'y a aucune réponse. Ni de la part des autorités marocaines qui sont responsables de son incarcération arbitraire, ni des autorités françaises, je rappelle qu'il est franco-marocain.

"C'est pour son activité en tant que défenseur des droits humains, en tant que chercheur qui soutient l'investigation journalistique que les autorités marocaines persécutent depuis plusieurs années Maati Monjib"

Militant des droits humains, Maâti Monjib est détenu dans la prison d'El Arjat, près de Rabat. Il a été arrêté le 29 décembre dans une enquête pour "blanchiment de capitaux", des faits qu'il conteste « officiellement, il été arrêté pour blanchiment d'argent, ce sont les reproches officiels, mais en réalité c'est pour son activité en tant que défenseur des droits humains, en tant que chercheur qui soutient l'investigation journalistique. Ce sont les vraies raisons qui poussent les autorités marocaines à le persécuter depuis plusieurs années » déclare Bachir Ben Barka. Pour dénoncer, selon lui, l’inaction des autorités marocaines et françaises, le comité France, en union avec Maâti Monjib, appelle ses membres et ses amies à une grève de la faim solidaire le mercredi 24 mars jusqu’au jeudi 25 mars.