Niger: manifestations de jeunes après la mort d'un lycéen, deux blessés

Par La rédaction

NIAMEY (AFP) - (AFP)

Deux personnes, une jeune fille et un policier, ont été blessés jeudi à Diffa (est du Niger) lors de heurts entre forces de l'ordre et jeunes qui protestaient contre la mort d'un lycéen début décembre à Zinder, dans le centre-est, a rapporté une radio privée.

"A Diffa, des centaines d'élèves et lycéens sont descendus ce matin dans les rues pour exiger des clarifications sur la mort de leur camarade à Zinder" et une "amélioration de leurs conditions de vie et de travail", a indiqué la radio privée Anfani.

Des heurts ont eu lieu entre la police, qui a recouru à des grenades lacrymogènes, et des manifestants qui ont répondu par des jets de pierres, a ajouté la radio, selon laquelle "une élève a été blessée après avoir respiré du gaz lacrymogène" et "un policier a été légèrement blessé après avoir reçu une pierre".

Deux personnes, un lycéen et une femme, ont été tuées les 6 et 7 décembre au cours d'affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Zinder, deuxième ville du Niger.

A l'appel d'un syndicat, l'Union des scolaires nigériens (USN), plusieurs milliers d'étudiants et d'élèves ont aussi défilé jeudi dans les rues de la capitale Niamey aux cris de "non à la tuerie de nos camarades" et "à bas la VIIe République!", avant de tenir un meeting devant le Parlement, a constaté l'AFP.

"Nous voulons rendre hommage à notre camarade tué à Zinder et exiger toute la lumière sur sa mort", a déclaré Lawali Maazou, secrétaire général de l'Union des étudiants à l'université de Niamey (UENUN).

Les jeunes se sont dispersés dans le calme peu avant 12H00 (1H00 GMT).

Les manifestants ont jugé insuffisant le limogeage de plusieurs hauts responsables de la police dans le cadre d'une enquête officielle sur ces événements.Le policier auteur présumé du tir qui a tué l'habitante a été arrêté.

Selon les médias privés, la femme avait été touchée par une "balle perdue".

Le lycéen est décédé des suites de "traumatismes crâniens" causés par le jet d'une grenade lacrymogène.

Selon le gouvernorat de Zinder, les forces de l'ordre avaient tenté de disperser des attroupements aux alentours du palais de justice, où se tenait le procès d'Aboubacar Mahamadou, un homme politique proche de l'ex-président Mamadou Tandja.

Aboubacar Mahamadou avait été arrêté le 25 novembre après avoir été accusé de préparer des manifestations de protestation contre l'arrivée du président Mahamadou Issoufou à Zinder pour l'inauguration de la première raffinerie de pétrole du pays.

Finalement relaxé, Aboubacar Mahamadou a été de nouveau arrêté et écroué à la prison de Zinder, selon des proches de M. Tandja.Ceux-ci ont annoncé qu'ils organiseraient samedi un meeting à Niamey pour exiger sa libération.