Niger: plus de la moitié des villages menacés par la crise alimentaire

Par La rédaction

NIAMEY (AFP) - (AFP)

Plus de la moitié des villages agricoles du Niger risquent de rencontrer des "difficultés alimentaires au cours des mois à venir" après une mauvaise campagne agricole qui expose le pays à une nouvelle crise alimentaire, a alerté samedi le ministre de l'Agriculture.

Les populations de "6.981 villages, soit 58% des villages agricoles", "risquent malheureusement de connaître des difficultés alimentaires au cours des mois à venir", a déclaré Oua Seydou devant les parlementaires.

Le ministre a expliqué qu'à l'issue de la campagne agricole 2011, le Niger a enregistré une production céréalière brute de quelque 3,8 millions de tonnes, soit une baisse de 27% par rapport à la campagne 2010 et de 11% par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

"En déduisant de cette production brute les pertes et les quantités réservées aux prochaines semences, la production céréalière disponible pour les besoins de consommation des ménages du pays est de 3.239.825 tonnes", a expliqué M. Seydou.

"Les besoins de consommation du Niger (en 2012) étant estimés à 3.759.464 tonnes, il se dégage alors un déficit céréalier brut de 519.639 tonnes, soit 14% de ces besoins de consommation nationale", a-t-il indiqué.

Les zones menacées abritent "plus de 6 millions de personnes", qui ne sont toutefois "pas toutes vulnérables" car "certains ménages possèdent de réelles capacités alimentaires pour se mettre à l'abri", a-t-il précisé.

Le nombre précis de personnes affectées doit être connu prochainement, une enquête menée par le gouvernement et ses partenaires extérieurs venant d'être achevée.

Le ministre a imputé les mauvaises récoltes à la sécheresse et aux attaques de criquets et de chenilles.

Il a annoncé qu'un programme de cultures irriguées est en cours afin de produire d'ici mi-2012 un million de tonnes de pommes de terre, de fruits et légumes ainsi que des tubercules, soit l'équivalent de 400.000 tonnes de céréales.