Niger: une manifestation pro-Kadhafi interdite à Niamey

25 mars 2011 à 13h41 par La rédaction

NIAMEY (AFP)

La municipalité de Niamey a interdit vendredi une manifestation de "soutien au peuple libyen" visant à "protester contre les agressions occidentales" dans ce pays voisin du Niger, ont annoncé les organisateurs.

"Ce (vendredi) matin, nous devions organiser un meeting suivi d'une marche pacifique de soutien au peuple libyen et visant à condamner les agressions occidentales mais ils ont été interdits par la municipalité", a indiqué sur des radios privées un des organisateurs, Sanoussi Jackou.

Ex-député et enseignant à l'université de Niamey, M. Jackou dirige le Parti nigérien pour l'autogestion (PNA).

"La municipalité a dit qu'elle interdisait notre manifestation parce qu'elle manquait +d'assez de forces de l'ordre pour l'encadrer+", a souligné M. Jackou pour qui "la raison est qu'il y a des hommes politiques nigériens qui ne veulent pas déplaire à des Occidentaux".

Des organisations de défense des droits de l'homme, le syndicat des étudiants et scolaires nigériens (USN), des hommes politiques ainsi que des membres de la communauté arabe nigérienne devaient participer à la manifestation, a-t-il précisé.

Il a toutefois indiqué qu'ils ont pu organiser jeudi une conférence publique sur la crise libyenne à la Maison des jeunes de Niamey.

L'Association islamique du Niger (AIN), la plus importante et la plus modérée du pays, a "condamné avec force" vendredi les frappes occidentales en Libye et dénoncé "une croisade contre le monde islamique".

"La France a déjà à faire à Al-Qaïda, ce qui se passe en Libye va créer de nouveaux types de terroristes au nom de Kadhafi et contre la France", a estimé l'ancien ambassadeur du Niger en Libye, Issoufou Bachar et président d'honneur d'un collectif d'associations islamiques.

Près de 10.000 ressortissants nigériens ont fui depuis le 13 février les violences en Libye, selon l'ONU à Niamey qui table sur un rythme de 2.000 arrivées par semaine au Niger pendant les trois mois à venir.

Des dizaines de milliers de Nigériens vivent en Libye, pays pétrolier considéré comme un eldorado avant les violences actuelles, selon le gouvernement nigérien.La plupart travaillent clandestinement.