Nigeria: critiques autour du déploiement de l'armée pendant les élections

7 mars 2019 à 14h35 par AFP

AFRICA RADIO

L'opposition nigériane et certaines ONG ont dénoncé la présence de l'armée près des bureaux de vote lors de la présidentielle du 23 février, craignant que cela attise les tensions, à quelques jours des élections locales de samedi.

Le Parti démocratique populaire (PDP), principal parti d'opposition, a accusé les soldats d'avoir bloqué et intimidé des électeurs pour les empêcher d'aller voter le mois dernier, notamment dans ses bastions du sud.Deux ONG, Save Democracy Women (SDW) and Impact Future Nigeria (IFN), ont en outre manifesté mercredi à Abuja pour dénoncer ce qu'elles qualifient de "militarisation des élections"."Nous condamnons l'implication de l'armée dans le processus électoral", a ainsi affirmé dans la presse locale une responsable de IFN, May Uneku.Les militaires étaient déployés dans les rues et autour des bureaux de la commission électorale nationale dans plusieurs villes du pays le jour du vote, alors que la police est normalement censée être en charge de la sécurité du scrutin, a constaté l'AFP.Les élections du 23 février ont été émaillées de violences qui ont fait 53 morts selon la société civile, cependant la plupart n'impliquaient pas les forces de l'ordre et de sécurité.La question est sensible au Nigeria, gouverné durant plusieurs décennies par des dictatures militaires jusqu'à la transition démocratique de 1999.Le président Muhammadu Buhari, réélu pour un second mandat, est lui même un ancien général qui pris une première fois le pouvoir à la faveur d'un coup d'Etat dans les années 1980.Dans les Etats de Rivers et Bayelsa, dans la région pétrolière du delta (sud), un officier et trois soldats ont été tués dans des heurts avec des jeunes, selon l'armée.De son côté, le gouverneur de Rivers, Nyesom Wike, soutien du candidat de l'opposition à la présidentielle Atiku Abubakar, a accusé l'armée d'avoir tué 16 civils à Abonnema en marge du vote, suscitant la panique parmi la population, même si aucune source indépendante ne l'a confirmé.L'armée nigériane est déployée de manière quasi-permanente dans de très nombreuses régions du pays en proie à des conflits comme l'insurrection jihadiste de Boko Haram dans le nord-est.