Nigeria: nouvelles violences meurtrières dans le nord-est

Par La rédaction

Kano (Nigeria) (AFP)

Des membres présumés du groupe islamiste Boko Haram ont attaqué mercredi à l'arme lourde des bâtiments dans une ville du nord-est du Nigeria, tuant un soldat et l'épouse d'un officier de police, selon la police.

Armés de Kalachnikov, de lance-roquettes et de bombes de fabrication artisanale, les insurgés ont mis à sac la ville de Yadi Buni, dans l'Etat de Yobe, provoquant un échange de feu avec l'armée, a déclaré un haut responsable de la police de l'Etat, Sanusi Rufai.

Des bâtiments ont été incendiés, notamment un commissariat de police, un local de pompiers, un bureau scolaire et la maison du commandant de police, que les insurgés recherchaient, mais qui n'était pas chez lui.Son épouse, qui était au domicile, est morte, brûlée vive.

"Buni Yadi a été attaquée la nuit dernière par des insurgés de Boko Haram, provoquant la mort d'un soldat par balles, et celle de l'épouse d'un officier de police", a dit M. Rufa'i.

Les tours de télécommunication de la ville ont été incendiées par les islamistes, selon cette même source.

C'est la deuxième fois que Buni Yadi est attaquée en quelques mois.

L'armée nigériane avait affirmé mercredi avoir tué 150 militants islamistes de Boko Haram regroupés dans un camp fortifié, le 12 septembre dans l'Etat de Borno, également dans le nord-est, opération la plus meurtrière revendiquée depuis le lancement mi-mai de son offensive contre le groupe armé.

Les violences de Boko Haram et leur répression souvent brutale ont fait plus de 3.600 morts depuis 2009, selon l'ONG Human Rights Watch.

Le Nigeria, premier producteur de pétrole d'Afrique, est divisé entre un Nord à majorité musulmane et un Sud à dominante chrétienne.