Pékin appelle Soudan et Soudan du Sud à faire des compromis sur le pétrole

Par La rédaction

KHARTOUM (AFP) - (AFP)

L'envoyé spécial de la Chine chargé d'aider le Soudan et le Soudan du Sud à résoudre un conflit sur les exportations de pétrole a déclaré jeudi que les deux parties n'avaient "pas d'autre option" que de négocier pacifiquement et faire des compromis.

La Chine, importateur d'énergie majeur, est le plus gros investisseur étranger dans le secteur pétrolier soudanais, et le plus gros acheteur de brut soudanais.

La visite de Liu Guijin, représentant spécial de Pékin pour les affaires africaines, intervient une semaine après l'annonce par Khartoum que le Soudan allait prélever un droit de passage en nature sur les exportations pétrolières sud-soudanaise, de l'ordre de 23% du pétrole transitant par ses infrastructures.

Le nouvel Etat du Soudan du Sud abrite la majorité des champs pétrolifères de l'ancien Soudan unifié, mais il n'a aucun accès à la mer et son pétrole doit donc transiter par les infrastructures sous contrôle de Khartoum afin d'être exporté.

"Le message que je veux faire passer à Khartoum comme à Juba, c'est que (...) en tant que peuple autrefois unifié, et désormais séparés par une longue frontière, vous n'avez pas d'autre option que de négocier pacifiquement," a déclaré M. Guijin après avoir rencontré le ministre soudanais des Affaires étrangères, Ali Ahmed Karti.

"Les deux parties doivent être prêtes à faire des compromis (...) pour l'intérêt à long terme du peuple et de la nation", a-t-il ajouté devant la presse.

L'émissaire chinois a indiqué avoir aussi soulevé les inquiétudes de la Chine au sujet de l'escalade des violences le long de la frontière entre les deux pays, lors de ses entretiens à Juba et à Khartoum.

"Il est très regrettable qu'après tant d'années de guerre, ces conflits armés soient toujours en cours.Nous devons faire quelque chose à ce sujet.C'est du ressort de la communauté internationale", a-t-il estimé.

Le Soudan du Sud fournit 5% des importations de pétrole brut de la Chine, qui a longtemps soutenu le régime de Khartoum avant l'indépendance du Sud.

La société étatique chinoise China National Petroleum Corporation (CNPC) a investi des milliards de dollars dans l'industrie pétrolière soudanaise, dont 75% de la production se situe au Soudan du Sud.

Les prochaines négociations entre Nord et Sud au sujet du pétrole sont prévues à Juba le 20 décembre.