RDC: fin d'un conflit entre la société minière d'Etat et le millionnaire Forrest

Par AFP

AFRICA RADIO

La principale société minière congolaise (Gécamines) et le millionnaire belge George Forrest ont mis fin mercredi à leur différend sur l'exploitation de terril de Lubumbashi, en République démocratique du Congo, sur fond de ruée vers le cobalt.

Annoncé mercredi dans un communiqué conjoint, l'accord réconcilie deux géants de l'économie congolaise: le magnat belge George Forrest, 78 ans, l'une des plus grandes fortunes d'Afrique francophone, et le fleuron public de l'industrie minière dirigée par un proche du chef de l'Etat (et par M. Forrest lui-même entre 1999 et 2001).Au coeur du Katanga minier, principale réserve mondiale de cobalt - l'un des métaux les plus convoités du moment -, le différend porte sur le terril de Lubumbashi (sud-est), qui alimente le plus gros four métallurgique d'Afrique pour produire un alliage contenant du cobalt et du cuivre.Ce mélange est vendu et expédié à l'affinerie de cobalt d'OMG à Kokkola en Finlande, Gécamines touchant un pourcentage sur les ventes.L'"accord transactionnel" entre la Gécamines (Générale des carrières et des mines) et le groupe Forrest prévoit que le "Groupement du terril de Lubumbashi" (GTL) "transfère la pleine propriété de l'usine à la Gécamines".GLT était jusqu'à présent une société mixte (70% Forrest, 30% Gécamines)."GTL s'engage à réparer le four de l'usine", ajoute le communiqué.L'accord intervient alors que les cours du cobalt sont au plus haut. Le métal est utilisé pour la fabrication des batteries rechargeables et des superalliages (pour l'aviation notamment). L'usine concernée par la transaction produit environ 5.500 tonnes de cobalt et 3.500 tonnes de cuivre par an, selon un responsable de GTL.La montagne de terril de Lubumbashi est constituée de 14,5 millions de tonnes de résidus du traitement du cuivre accumulées de 1924 à 1992.