Dépêches AFP

RDC: l'armée affirme avoir tué un nouveau chef des rebelles hutus rwandais FDLR

10 novembre 2019 à 11h00 Par AFP
L'armée congolaise a affirmé dimanche avoir tué un nouveau chef de guerre de la milice hutue rwandaise FDLR créée dans l'est de la République démocratique du Congo après le génocide des Tutsi en 1994, avec dans ses rangs des responsables des massacres. L'armée a tué samedi dans la province du Nord-Kivu, près de l'Ouganda, "Musabimana Juvenal connu sous le sobriquet du général Jean-Michel Africa", indique-t-elle dans un communiqué reçu par l'AFP à Goma."C'est après un affrontement intense (...) que ce dernier et quatre de ses gardes du corps ont pu être neutralisés", ajoute le communiqué signé par un porte-parole militaire dans la région, le major Guillaume Ndjike Kaiko."Les opérations se poursuivent dans le territoire du Rutshuru pour éradiquer les groupes armés locaux et étrangers", ajoute-t-il.Mi-septembre, l'armée congolaise avait annoncé avoir tué le chef suprême du FDLR, Sylvestre Mudacumura, visé depuis juillet 2012 par un mandat d'arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI).Sa mort avait été qualifiée de "bonne nouvelle pour la paix et la sécurité dans la région" par Kigali, qui avait salué "l'engagement du président (congolais) Félix Tshisekedi" contre les groupes armés dans l'est de la RDC.La rébellion rwandaise des FDLR a été créée par des Hutu rwandais réfugiés dans l'est de la RDC, alors le Zaïre, après le génocide des Tutsi au Rwanda de 1994 qui a fait plus de 800 000 morts selon l'ONU. Ils sont opposés au pouvoir de Kigali.Ses fondateurs, ainsi qu'un certain nombre de ses plus anciens combattants, sont recherchés par la justice internationale qui les accuse d'avoir pris une part active au génocide des Tutsi et au massacre de Hutu modérés. Début octobre, cinq hommes arrêtés au Rwanda à la suite d'une attaque ayant fait 14 morts dans le nord du pays ont affirmé être des rebelles des FDLR.