Reconnaissance de génocide en Namibie par l'Allemagne: "un pas dans la bonne direction", selon Windhoek

Par AFP

AFRICA RADIO

La reconnaissance par Berlin d'un génocide commis par l'Allemagne en Namibie constitue un "pas dans la bonne direction", a estimé vendredi le gouvernement namibien.

L'Allemagne a pour la première fois reconnu vendredi avoir commis "un génocide" contre les populations des Hereros et Namas en Namibie pendant l'ère coloniale et va verser au pays plus d'1 milliard d'euros d'aides au développement."L'acceptation de la part de l'Allemagne qu'un génocide a été commis est un premier pas dans la bonne direction", a affirmé à l'AFP Alfredo Hengari, le porte-parole du président namibien Hage Geingob. "C'est la base de la deuxième étape, qui consiste à présenter des excuses, suivies de réparations". Le président namibien organisera dans les semaines à venir des discussions avec les représentants des communautés Hereros et Namas, sur les "modalités de mise en oeuvre de ce qui a été convenu avec l'Allemagne", a précisé M. Hengari.Le ministère allemand des Affaires étrangères a salué vendredi la conclusion d'un "accord" avec la Namibie après plus de cinq ans d'âpres négociations sur les événements survenus dans ce territoire africain colonisé par l'Allemagne entre 1884 et 1915."Nous qualifierons maintenant officiellement ces événements pour ce qu'ils sont du point de vue d'aujourd'hui: un génocide", a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas dans un communiqué.Les crimes commis pendant la colonisation empoisonnent depuis de nombreuses années les relations entre les deux pays. Les colons allemands ont tué des dizaines de milliers d'Hereros et de Namas lors de massacres commis entre 1904 et 1908, considérés par de nombreux historiens comme le premier génocide du 20e siècle.Les autorités namibiennes exigeaient des excuses officielles et des réparations mais l'Allemagne s'y était à plusieurs reprises opposée, invoquant les millions d'euros d'aide au développement versés à la Namibie depuis son indépendance en 1990.Les tribus hereros représentent aujourd'hui environ 7% de la population namibienne contre 40% au début du 20e siècle.