Santé d'Ali Bongo: le Gabon "disposé" à recevoir une mission de l'UA

Par AFP

AFRICA RADIO

Le Gabon s'est dit "disposé, le moment venu", à recevoir une mission de l'Union africaine (UA), qui a annoncé samedi l'envoi d'une "mission d'information et d'écoute" à Libreville concernant la santé du chef de l'Etat Ali Bongo Ondimba, hospitalisé.

Dans un communiqué paru dans la presse mardi, le gouvernement s'étonne "des voies étonnamment inhabituelles" de l'annonce de l'UA en indiquant que la réception de la mission pourra se faire "à une date qui sera convenue" par les deux parties.La "solidité des institutions gabonaises n'est plus à prouver" et "la décision de la Cour constitutionnelle rendue le 14 novembre" témoignent de "leur fonctionnement normal et régulier", précise le communiqué signé du ministre des affaires étrangères, Régis Immongault.Samedi, lors de l'ouverture d'un sommet à Addis Abeba (Ethopie), l'UA a annoncé qu'une mission serait dépêchée "dans les meilleurs délais" à Libreville, indiquant être attachée au "strict respect de l'ordre constitutionnel".La Cour constitutionnelle a modifié mercredi la Constitution afin de faire face à "l'indisponibilité temporaire" du président Bongo. Elle a notamment autorisé le vice-président, Pierre-Claver Maganga Moussavou, à "convoquer et à présider un conseil des ministres".Avant d'être modifiée par la Cour, la Constitution gabonaise stipulait que seul le président pouvait autoriser son vice-président à organiser un Conseil des ministres.Dans la foulée de la décision de la Cour, l'opposition et la société civile ont dénoncé "un coup de force" et "un coup d'Etat constitutionnel" opérés par la présidente de la Cour, Marie-Madeleine Mborantsuo.Un Conseil des ministres s'est tenu vendredi à Libreville, le premier depuis l'hospitalisation d'Ali Bongo.M. Bongo est depuis le 24 octobre en Arabie saoudite où, selon la présidence à Libreville, il se trouve "dans une phase de recouvrement de la plénitude de ses facultés physiques" à la suite d'un malaise.Une source étrangère a affirmé début novembre à l'AFP que M. Bongo avait subi un accident vasculaire cérébral (AVC), la cause de son hospitalisation.