Sénégal: pression maximale sur l'opposant Sonko pour qu'il se rende chez le juge

Par AFP

AFRICA RADIO

Un chef religieux, une figure de la société civile et même son collectif d'avocats ont incité mardi le député d'opposition sénégalais Ousmane Sonko à changer d'avis et à se rendre chez le juge qui l'a convoqué mecredi pour l'entendre dans un dossier de viols.

M. Sonko n'avait pas encore indiqué en début de soirée s'il suivrait ces conseils et serait à 09H00 (GMT et locales) dans le bureau du juge d'instruction Mamadou Seck au Palais de justice de Dakar.Le député de 46 ans fait l'objet depuis début février d'une plainte pour viols et menaces de mort déposée par une employée d'un salon de beauté dans lequel il allait se faire masser pour, dit-il, soulager ses maux de dos.Il nie ces accusations et crie au complot, ourdi selon lui par le président Macky Sall lui-même pour l'écarter de la prochaine présidentielle en 2024. Le président sénégalais a démenti avoir à quoi que ce soit à voir avec les ennuis du député.Ousmane Sonko, arrivée troisième lors de la présidentielle de 2019, avait par avance annoncé qu'il ne répondrait pas à la convocation, malgré la levée de son immunité parlementaire.Dans un communiqué, son collectif d'avocats a indiqué mardi soir avoir conseillé à M. Sonko de "déférer à la convocation", afin d'éviter qu'un refus "ne soit le prétexte à des provocations dont le but serait de lui imputer de nouvelles infractions".Ousmane Sonko "a pris acte et il avisera", ont dit ses avocats, dix ténors du barreau.Alioune Tine, ancien directeur d'Amesty International pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, et fondateur du think-tank Afrikajom, est allé plus loin en affirmant que l'opposant se rendrait bien chez le juge."Je viens de sortir de chez Ousmane Sonko après une discussion très fructueuse pour le conjurer au nom des organisations de la société civile d'aller répondre à la convocation du juge demain matin", a tweeté Alioune Tine. "Ce qu'il a accepté pour la paix civile et la stabilité", a-t-il ajouté, alors que plusieurs dizaines de sympathisants du député ont été arrêtés depuis le début du mois.Le guide religieux du député, Serigne Abdou Mbacké, a affirmé dans un communiqué lui avoir également demandé de se rendre chez le juge "au nom de la paix et de la stabilité du pays", une "demande qu'il a acceptée".