Sud-Soudan: Washington confiant dans la tenue pacifique du référendum

Par La rédaction

KHARTOUM (AFP)

Le référendum sur l'indépendance du Sud du Soudan devrait se dérouler "pacifiquement" et refléter la volonté du peuple, a déclaré mercredi Johnnie Carson, un haut responsable à Washington, alors que le sénateur John Kerry félicitait le president Omar  el-Béchir pour ses propos conciliants.

"Nous pensons qu'il reflètera la volonté du peuple, se tiendra à la date prévue, de façon pacifique et bien organisée", a affirmé M. Carson, secrétaire d'Etat adjoint aux affaires africaines, à des journalistes à Washington

L'influent sénateur américain John Kerry, qui effectue une visite d'une semaine au Soudan, a jugé mercredi "très positifs, très constructifs" les propos du président el-Béchir sur la sécession du Sud-Soudan ajoutant que la bonne tenue du référendum serait un signe précurseur à une nouvelle relation avec Washington.

"Le discours du président Béchir ici (le 31 décembre à Khartoum) et ses commentaires hier à Juba sont extrêmement encourageants", a ajouté devant des journalistes John Kerry à l'issue d'un entretien avec un influent conseiller présidentiel Ghazi Salaheddine.

Ces propos "sont très positifs, très constructifs et je pense que c'est de bon augure pour les événements qui commencent au cours des prochains jours", a ajouté M. Kerry, actuellement en visite dans la capitale soudanaise.

"Nous souhaitons la bonne tenue du référendum qui serait un signe précurseur à une nouvelle relation renforcée avec les Etats-Unis", a assuré M. Kerry.

Les Sud-Soudanais doivent choisir entre le maintien de l'unité avec le reste du Soudan ou la sécession lors d'un référendum prévu du 9 au 15 janvier.Ce scrutin est le point-clé de l'accord de paix ayant mis fin à plus de deux décennies de guerre civile entre le Nord, musulman, et le Sud, en grande partie chrétien.

Le président Omar el-Béchir a joué la carte de l'apaisement avec le Sud mardi lors d'une visite à Juba, la capitale sudiste, lors de laquelle il a réitéré son engagement à reconnaître une éventuelle sécession du Sud et indiqué qu'il accueillerait favorablement la décision des Sudistes, quelle qu'elle soit.

Le Soudan figure sur la liste noire américaine des pays liés au terrorisme et fait l'objet depuis 1997 de sanctions économiques par Washington.Khartoum a souvent plaidé pour la levée de ces sanctions, le retrait du Soudan de la liste noire et la normalisation des relations entre les deux pays.