Tanzanie: le président John Magufuli estime que "la démocratie a des limites"

13 novembre 2020 à 13h55 par AFP

AFRICA RADIO

Le président tanzanien John Magufuli a déclaré vendredi que la liberté et la démocratie avaient des "limites", après des élections générales marquées par des soupçons de fraudes et des arrestations au sein de l'opposition.

M. Magufuli a été réélu fin octobre avec plus de 84% des voix à la présidentielle, pendant que son parti, le CCM, raflait la quasi-totalité des sièges aux législatives, des scrutins qualifiés de mascarade par l'opposition et par des diplomates.Après la publications des résultats, les appels à manifester lancés par l'opposition ont rapidement été étouffés par les arrestations de quelque 150 de ses membres, dont le principal adversaire de M. Magufuli à la présidentielle, Tundu Lissu."Le principe de la liberté et de la démocratie est d'amener le développement, pas le chaos", a déclaré aux députés le président réélu, en lançant la nouvelle législature à la tribune de l'Assemblée."La liberté, les droits et la démocratie viennent avec des responsabilités et chacun (de ces concepts) a des limites. J'espère que je me fais bien comprendre", a-t-il ajouté.M. Magufuli a présenté à cette occasion ses priorités, notamment en matière d'infrastructures, à commencer par la construction d'un barrage hydraulique dans la réserve naturelle de Selous - un projet controversé.Il a également affirmé vouloir accélérer la croissance économique, qui affichait 6% avant la pandémie de Covid-19, pour atteindre une moyenne de 8% au cours des cinq prochaines années.M. Lissu n'a récolté que 13% des voix à la présidentielle et les députés d'opposition ont été battus jusque dans des bastions historiques.Après s'être réfugié plusieurs jours à l'ambassade d'Allemagne, M. Lissu a quitté mardi son pays pour rejoindre la Belgique, où il vivait en exil et était soigné ces dernières années après une tentative d'assassinat en 2017.M. Lissu a dit être parti mardi à la fois pour des raisons de santé et de sécurité. De son côté, l'ancien député d'opposition Godbless Lema s'est réfugié au Kenya, déclarant craindre pour sa vie.