Tchad: poursuites abandonnées contre un ancien Premier ministre et un défenseur des droits humains

Par AFP

AFRICA RADIO

La justice tchadienne a abandonné les poursuites contre un responsable d'ONG et un ancien Premier ministre qui avaient été arrêtés dans le cadre d'enquêtes différentes mais décriées par leur défense comme politiques, ont annoncé mercredi à l'AFP leurs avocats et des sources judiciaires.

L'ancien Premier ministre et actuel secrétaire général de la présidence, Kalzeubé Pahimi Deubet, a été "blanchi par la Cour suprême", a affirmé son avocat, Alain Kagonbe.Mahamat Nour Ahmed Ibedou, secrétaire général de la Convention tchadienne de défense des droits de l'homme (CTDDH), "a bénéficié d'un non-lieu", a déclaré Jacqueline Moudeina, son avocate.M. Pahimi Deubet avait été écroué le 3 décembre pour détournement de deniers publics, une procédure dénoncée comme "politique" par son avocat. L'ancien Premier ministre, qui avait dirigé le gouvernement de 2013 à 2016, avait été remis en liberté provisoire le 23 décembre."Toutes les machinations montées contre mon client sont tombées et la vérité a jailli, parce qu'il a été innocenté", s'est félicité son avocat.Le 6 décembre, M. Ibedou avait été incarcéré, accusé de meurtre et de complicité de meurtre.Cette arrestation avait notamment été condamnée par la Conférence internationale des barreaux (CIB), un collectif d'avocats de 40 pays francophones : "La CIB ne saurait tolérer l'évidente provocation que représente l'incarcération du principal défenseur des droits humains tchadien".Selon la presse tchadienne, l'inculpation était liée à la mort d'une adolescente de 14 ans. "Nous avons estimé qu'il n'y a pas de charges retenues contre Ibedou et le juge d'instruction a suivi nos réquisitions", a indiqué à l'AFP le premier substitut du procureur de la République près le tribunal de grande instance de N'Djamena, Gérard Nedeou.Immense pays s'étendant de l'Afrique centrale à la bande sahélo-saharienne, le Tchad est dirigé par le président Idriss Déby Itno depuis 1990. Il est classé parmi les pays les plus pauvres du monde, mais aussi parmi les plus corrompus.