Tunisie: retrait partiel des forces de sécurité, grève et rassemblements prévus

Par La rédaction

TUNIS (AFP)

  La présence des forces de sécurité, qui avaient massivement déployées dans le centre de Tunis, avait été réduite vendredi matin, mais des grèves et rassemblements restaient prévues au lendemain d'un discours d'apaisement du président Zine El Abidine Ben Ali après un mois d'émeutes meurtrières.

La capitale a commencé à retrouver un visage plus habituel avec la réouverture des commerces et des cafés et une reprise de la circulation automobile après la tension ces derniers jours.

Quelques unités de la gendarmerie et de l'armée étaient postées autour des bâtiments officiels, alors qu'une grève de deux heures programmée vendredi dans la région de Tunis devait avoir lieu à l'appel du syndicat unique.

Des internautes et étudiants se sont mobilisés dans la nuit et vendredi matin pour le maintien des rassemblements également prévus dans la journée dans Tunis.

 "Ben Ali vous a mis dans la poche, ne baissons pas les bras, continuons le combat pour la liberté!" lançait vendredi matin une étudiante sur Facebook.

"Il ne suffit pas de déverrouiller Dailymotion et de Youtube pour tourner la page, trop de sang a coulé", renchérit l'animateur d'une émission matinale sur Radio Mosaïque, une radio privée.

Le président Ben Ali s'est engagé jeudi soir à quitter le pouvoir au terme de son mandat en 2014 et a ordonné la fin des tirs contre les manifestants, dans l'espoir d'apaiser un mouvement de contestation sans précédent.

"Je vous ai compris", a martelé à plusieurs reprises le chef de l'Etat, au pouvoir depuis 23 ans, dans un discours à la nation, son troisième depuis le début des émeutes mi-décembre.Ce mouvement de contestation et sa sanglante répression ont déjà fait au moins 66 morts, selon une ONG.

Ce discours a été plutôt bien accueilli par les différentes composantes de l'opposition, harcelée sous le régime du président Ben Ali.

 Les rares journaux, proches du pouvoir, présents dans les kiosques de la capitale se sont félicités du discours, le quotidien Le Temps titrant en manchette "Après le sang et la désolation, la liesse et de nouveau l'espoir".

Alchourouk titre de son côté: "On m'a trompé et je vous ai compris", reprenant les termes du discours du président tunisien" que le journal qualifie d'"historique".

Jeudi, un manifestant avait été tué dans le centre de Tunis, selon des témoins, après que les forces de l'ordre eurent tenté de disperser les manifestants à coup de grenades lacrymogènes.

Les troubles étaient partis du centre de la Tunisie à la mi-décembre avant de s'étendre à d'autres villes et de toucher la capitale et ses environs au cours des derniers jours.

Le couvre-feu avait été déclaré mercredi à Tunis et sa banlieue et l'armée avait été déployée en certains endroits.Les militaires s'étaient retirés le lendemain de la capitale au profit de la police et des forces anti-émeutes.