Un journaliste congolais, détenu après une émission sur Kabila, libéré, selon RSF

Par La rédaction

KINSHASA (AFP)

Un journaliste congolais détenu depuis le 17 décembre dans l'est de la RD Congo pour avoir animé une émission sur un discours du président Joseph Kabila a été libéré lundi, a annoncé l'organisation Reporter sans frontière (RSF).

RSF "a appris avec un grand soulagement la remise en liberté" de Robert Shemahamba, journaliste à la radio privée Mitumba émettant à Uvira, dans la province du Sud-Kivu (est), indique un communiqué à l'AFP.

"Le journaliste était détenu par l'Agence nationale des renseignements (ANR) depuis le 17 décembre dernier et avait été transféré le 24 décembre de Uvira à Bukavu", chef-lieu de la province du Sud-Kivu, a rappelé RSF.

"Les dix jours de détention ont été un calvaire.A Uvira, j'étais dans une cellule sans lumière.Les conditions n'étaient pas bonnes.Il a fallu que je me révolte et j'ai été transféré à Bukavu, après une semaine", a déclaré à sa sortie de prison Robert Shemahamba, cité dans le texte.

L'organisation fait par ailleurs état d'"une forte incertitude (...) sur le sort d'un autre journaliste, Dominique Kalonzo, correspondant à Uvira de la station privée Radio Maendeleo, basée à Bukavu".

"Le journaliste est recherché par l'ANR dans le cadre de la même affaire que Robert Shemahamba.Après s'être caché pendant une semaine, il aurait eu une altercation, à Uvira, le 26 décembre, avec des agents de l'ANR chargés de l'arrêter", affirme RSF.

Après avoir quitté un centre de santé où il subissait des soins à la suite de cette altercation, Dominique Kalonzo "n'a donné aucune nouvelle depuis", poursuit l'organisation.

"Ni ses proches ni ses confrères ne savent s'il a été enlevé ou s'il se cache", écrit-elle.

Selon le rapport annuel de l'ONG congolaise Journalistes en danger (JED), les atteintes à la liberté de la presse ont augmenté en 2010 par rapport à 2009 en RDC, notamment les interpellations et incarcérations de journalistes.