Niger: prochain débat au Parlement sur la présence des forces étrangères

AFRICA RADIO

15 avril 2022 à 13h36 par AFP

Le Parlement nigérien va pour la première fois débattre dans les jours à venir de la présence des forces étrangères engagées aux côtés du Niger dans la lutte contre les jihadistes, perçues comme "des forces d'occupation" par des ONG locales, a annoncé le gouvernement.

"Ce débat aura lieu dans quelques jours. Il est important que le peuple nigérien, à travers le Parlement, s'exprime clairement sur cette question. Ce quitus du Parlement permettra de mettre fin au débat", a affirmé jeudi Hassoumi Massoudou, ministre nigérien des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse avec son homologue allemande, Annalena Baerbock, en visite au Niger. Il a dit que son pays souhaitait "un accroissement de l'intervention de nos partenaires", car "avec le départ des forces françaises du nord du Mali, nous nous attendons à ce qu'il ait une plus grande pression des terroristes sur notre pays". Le Parlement est très largement dominé par les partisans du président nigérien Mohamed Bazoum. Dans sa lutte contre les mouvements jihadistes liés à Al-Qaïda et au groupe État islamique (EI), le Niger bénéficie du soutien de plusieurs pays occidentaux, dont la France et les Etats-Unis, qui ont des bases militaires à Niamey et dans la région d'Agadez (nord). L'Allemagne, qui dispose d'une base logistique à Niamey, a en outre doté le Niger d'un Centre de formation des forces spéciales nigériennes, proche du Mali. L'Italie et le Canada forment également des forces spéciales. Mais des ONG nigériennes dénoncent cette présence de militaires étrangers qu'elles considèrent comme "des forces d'occupation" et "une menace pour la souveraineté du pays". Excédé par ces critiques, le président Mohamed Bazoum a annoncé fin février qu'il allait saisir le Parlement pour trancher la question. "Nous allons demander à l'Assemblée nationale" si elle "est d'accord avec les arrangements que nous allons faire quand les partenaires seront disponibles pour venir nous aider dans la guerre" contre les jihadistes, avait-il indiqué. Les contours de la nouvelle forme de coopération militaire entre le Niger et ses partenaires ne sont pas encore connus. Fin mars, le général Thierry Burkhard, chef d'état-major des armées françaises, a discuté à Niamey avec son homologue nigérien, le général Salifou Modi, sur "la nature de l'aide que l'armée française pourrait apporter". "Il faut qu'on soit le plus près de ce qui correspond réellement aux besoins de l'armée nigérienne", avait-il dit. Il avait visité la force anti-jihadiste nigérienne basée près de Niamey et au sein de laquelle "250 militaires français et nigériens" sont engagés dans des opérations conjointes, selon lui. Si le Niger le demande, "on peut imaginer un système de déploiement conjoint qui soit un peu plus au nord de Niamey pour être plus proche de la zone des trois frontières" entre le Niger, le Mali et Burkina, avait dit sur RFI le colonel Pascal Ianni, porte-parole de l'état-major français.