Nigeria: fin de la grève des médecins du pays le plus peuplé d'Afrique

Par AFP

AFRICA RADIO

Les médecins des hôpitaux publics au Nigeria, en grève depuis deux mois, reprendront le travail mercredi matin après la reprise de négociations avec le gouvernement, indique leur syndicat dans un communiqué publié lundi.

Cette grève, dernière d'une série menée par l'Association nationale des internes (Nard), qui représente 40% des médecins au Nigeria, avait commencé le 2 août dernier pour protester contre le non-paiement d'arriérés de salaires et le manque de moyens dans les hôpitaux du pays le plus peuplé d'Afrique. "Après avoir observé la bonne volonté montrée par le gouvernement à rejoindre la table des négociations", il a été décidé "par vote à la majorité simple de suspendre la grève totale et indéfinie entamée le 2 août 2021. Nos membres reprendront ainsi le travail dès mercredi 6 octobre 2021 à 08H00 du matin", indique le Nard dans son communiqué. Les médecins nigérians réclament régulièrement aux autorités le paiement de leurs arriérés de salaires et une augmentation des moyens alloués aux hôpitaux publics, en déliquescence dans le pays, dénonçant notamment un nombre insuffisant de lits, de médicaments et de kits de protection pour les soignants dans les établissements. Le Nigeria, pays de 210 millions d'habitants, comptait 42.000 médecins généralistes enregistrés en 2019, selon l'Association des médecins du Nigeria (NMA), soit deux médecins pour environ 10.000 habitants. Au moment des premiers cas de Covid-19 dans le pays en mars 2020, des représentants syndicaux avaient affirmé que 70 à 80% des institutions publiques de santé n'avaient pas d'eau courante ou suffisamment propre pour se laver les mains. La grève lancée début août était intervenue au moment où le gouvernement lançait sa deuxième campagne de vaccination contre le Covid-19. Le Nigeria a officiellement enregistré 206.078 contaminations et 2.724 décès depuis le début de la pandémie. Mais ces chiffres sont sous-évalués, le nombre de tests réalisés étant faible et celui des décès rapportés aux autorités également. Fin septembre, 1,8 million de Nigérians avaient été totalement vaccinés, soit moins de 1,6% de sa population, selon les chiffres communiqués par les autorités.