Ouganda: l'Etat islamique revendique l'attentat de samedi dans la capitale

Par AFP

AFRICA RADIO

L'organisation jihadiste Etat islamique (EI) a revendiqué lundi l'explosion qui a fait un mort et plusieurs blessés samedi soir dans un restaurant de la capitale ougandaise Kampala, un acte qualifié la veille de "terrorisme intérieur" par la police.

Les enquêteurs ont affirmé qu'une femme de 20 ans avait été tuée et trois personnes blessées dans cet établissement populaire du quartier de Komamboga, dans le nord de Kampala. Minimisant toute connexion internationale, la police a décrit dimanche un engin explosif "sommaire" contenant des clous et des morceaux de métal, placé dans un sac en plastique laissé sous une table par les auteurs présumés. Cependant, le groupe Etat islamique en Afrique centrale (Iscap) a affirmé avoir mené l'attaque, disant avoir tué deux personnes et blessé cinq autres. Dans un communiqué cité par le SITE Intelligence Group, organisme spécialisé dans la surveillance des sites internet islamistes, l'Iscap affirme que "des soldats du califat sont parvenus à déclencher un engin explosif dans une taverne où des éléments et des espions de l'armée croisée ougandaise étaient rassemblés". Le 8 octobre, l'Iscap avait revendiqué un attentat à la bombe - qui n'avait pas fait de victimes connues - contre un poste de police à Kawempe, près de l'endroit où s'est produite l'explosion de samedi. Le Royaume-Uni et la France ont depuis mis à jour leurs conseils aux voyageurs pour l'Ouganda, appelant à la vigilance dans les endroits très fréquentés et les lieux publics comme les restaurants, bars et hôtels. En 2010, deux attentats à la bombe à Kampala visant des supporteurs assistant à la finale de la Coupe du monde de football avaient fait 76 morts. Ils avaient été revendiqués par les shebab somaliens, liés à Al-Qaïda, et été perçus comme des représailles à la participation de l'Ouganda à l'Amisom, la force de l'Union africaine qui combat les shebab en Somalie. Dimanche, le président ougandais Yoweri Museveni a promis de retrouver les auteurs de l'attaque et exprimé ses condoléances pour les victimes.