RDC: 13 civils tués, un centre de santé incendié par des rebelles ADF dans l'Est

AFRICA RADIO

8 juillet 2022 à 10h36 par AFP

Treize civils ont été tués et un centre de santé incendié par des rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF) dans la nuit de jeudi à vendredi dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris auprès d'un responsable local.

Au centre de santé de Lume, dans le territoire de Beni (Nord-Kivu), quatre malades sont morts calcinés lors de "l'incursion des ennemis ADF" qui "ont incendié la structure sanitaire", a déclaré à l'AFP Kasereka Ise Mighambo, bourgmestre de la commune de Lume. Les autres victimes sont trois enfants, qui ont péri lorsque leur maison a été incendiée, deux jeunes tués par balles et quatre autres personnes qui se trouvaient sur le chemin de ces ADF, a-t-il détaillé. Nous avons enregistré "quatre morts à l'hôpital et neuf dans la communauté", a confirmé Kule Bwengue, un infirmier du centre de santé. Les assaillants se sont retranchés ensuite vers le parc national des Virunga, devenu un repaire de groupes armés locaux et étrangers qui sévissent dans la région depuis près de 30 ans, a indiqué M. Kasereka. L'armée a avancé un bilan de "9 compatriotes lâchement tués, parmi eux 3 enfants", dans cette attaque qu'elle attribue aux miliciens Mai-Mai Yira, un "mouvement supplétif des terroristes ADF", selon son porte-parole dans la région, le capitaine Antony Mualushayi. La dernière attaque d'envergure attribuée aux ADF dans le territoire de Beni remonte au 25 juin, lorsque 14 civils avaient été tués dans la localité de Mamove. Depuis fin novembre 2021, les armées congolaise et ougandaise mènent des opérations conjointes dans ce territoire pour neutraliser les ADF, sans y parvenir jusqu'à présent. Présenté par l'organisation État islamique (EI) comme sa branche en Afrique centrale (ISCAP en anglais), le groupe ADF est accusé d'avoir massacré des milliers de civils en RDC depuis 2014 et commis des attentats jihadistes en Ouganda en 2021.