Tchad: arrestations après des manifestations contre la France

AFRICA RADIO

16 mai 2022 à 15h21 par AFP

Au moins cinq personnes ont été arrêtées au Tchad après des manifestations violentes samedi contre la France, accusée de soutenir la junte militaire au pouvoir, ont indiqué lundi à l'AFP l'opposition et un responsable de la police.

Le général Mahamat Idriss Déby Itno, fils du président Idriss Déby Itno tué il y a plus d'un an au front contre des rebelles, avait alors immédiatement repris les rênes du pays à la tête d'un groupe de 15 généraux, aussitôt adoubé par la communauté internationale, Paris en tête, quand d'autres officiers putschistes subissaient ses foudres et ses sanctions ailleurs en Afrique. Sept stations d'essence du groupe pétrolier français Total ont été vandalisées et 12 policiers ont été blessés samedi à N'Djamena, selon un responsable de la police qui a requis l'anonymat et confirmé à l'AFP l'arrestation de "cinq responsables de la manifestation, gardés dans les locaux de la direction générale des renseignements généraux". "Cinq personnes ont été interpellées samedi par les forces de l'ordre et elles ne sont pas impliquées dans les actes de vandalisme. Elles sont arrêtées à tort", a affirmé Max Loalngar, porte-parole de la plateforme d'opposition Wakit Tamma à l'origine de l'appel à manifester. Lundi, une manifestation de centaines de lycéens de la capitale qui défilaient aux cris de "La France dehors!" a été rapidement dispersée par des grenades lacrymogènes, a constaté un journaliste de l'AFP. Personne n'a été arrêté ou blessé, a assuré un responsable de la police à l'AFP. Plusieurs partis d'opposition comme le Parti socialiste sans Frontière(PSF) et le mouvement politique Une Nation Pour Tous (UNPT), des syndicats tels que l'Union des syndicats du Tchad (UST) et certains groupes rebelles ont appelé à la libération des personnes arrêtées. "Ce qui s'est passé hier est extrêmement grave (...), les gens vont répondre de leurs actes", a rétorqué dimanche soir à la télévision nationale le ministre de la Communication Abderamane Koulamallah. "Il est temps que cela cesse. Il est temps que cessent également les allégations mensongères et sans aucun fondement qui circulent sur le redéploiement des forces françaises à l'intérieur du pays", a déclaré lundi dans une réunion sur la sécurité le général Mahamat Déby, autoproclamé président de transition. La junte avait dissous le Parlement, limogé le gouvernement et abrogé la Constitution à l'annonce, le 20 avril 2021, de la mort d'Idriss Déby, qui avait régné d'une main de fer pendant 30 ans sur un pays théâtre de multiples rébellions. Mais elle avait promis aussitôt des "élections libres et démocratiques" dans les 18 mois, au terme d'un Dialogue de réconciliation nationale. Depuis, ce forum qui doit réunir toutes les oppositions politiques et armées selon le chef de l'Etat, n'a pas pu démarrer, les groupes armés ne parvenant pas à s'entendre avec la junte dans un "pré-dialogue" à Doha et l'opposition politique s'étant retirée de son organisation.