Tunisie: l'ex-ministre d'Ennahdha Noureddine Bhiri "entre la vie et la mort" (comité de défense)

Par AFP

AFRICA RADIO

L'homme fort du parti d'inspiration islamiste Ennahdha Noureddine Bhiri est "entre la vie et la mort", a affirmé son comité de défense mercredi, l'ancien ministre tunisien ayant été arrêté vendredi avant d'être hospitalisé deux jours plus tard.

"A l'instant et selon des sources médicales, (M. Bhiri) est entre la vie et la mort", a déclaré vers 9H30 GMT l'avocat et député d'Ennahdha Samir Dilou devant quelques journalistes. Atteint de maladies chroniques (diabète, hypertension, notamment), M. Bhiri avait été emmené vendredi par des agents en civils vers un lieu tenu secret, ce que son parti a qualifié "d'enlèvement". "Les auteurs de son kidnapping doivent assumer leurs responsabilités", a ajouté M. Dilou à l'attention du président Kais Saied et du ministre de l'Intérieur Taoufik Charfeddine, qui a ordonné l'arrestation. L'Instance de prévention de la torture (INPT, autorité indépendante) a dit mercredi ne pas pouvoir "infirmer ni confirmer les nouvelles affirmations" d'Ennahdha. "Une équipe de trois médecins de l'INPT est en train d'arriver sur place pour contrôler son état", a déclaré à l'AFP Lotfi Ezzedine, un responsable de l'Instance, soulignant qu'à partir du cinquième jour de grève de la faim, tout individu peut voir son état se détériorer. M. Bhiri a entamé dès son arrestation une grève de la faim et refuse d'être soigné. Il avait été hospitalisé dimanche en cardiologie à Bizerte (nord) "sous surveillance médicale", selon l'INPT. Six jours après son arrestation, il refuse toujours "toute nourriture et de prendre ses médicaments", a indiqué mercredi Abderrazk Kilani, un autre membre du comité de défense, ajoutant que M. Bhiri souffrait désormais de "problèmes rénaux". Dimanche, Ennahdha avait affirmé que son ancien ministre se trouvait "dans un état critique", ce qui avait été démenti par plusieurs sources de l'INPT et du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme qui lui avaient rendu visite dans la nuit. Ennahdha est au coeur d'un bras de fer avec le président Kais Saied depuis son coup de force du 25 juillet et sa décision de suspendre le Parlement que ce parti contrôlait depuis une dizaine d'années. Ces décisions de M. Saied ont été qualifiées de "coup d'Etat" par Ennahdha et plusieurs opposants, tandis que des ONG nationales et internationales ont dit redouter une dérive autoritaire. M. Kilani a par ailleurs qualifié de "totalement fausses" des accusations prononcées devant la presse lundi par le ministre de l'Intérieur qui a assuré que l'arrestation de M. Bhiri était liée à "des soupçons de terrorisme".