Tunisie: le chef du Parlement dénonce les décisions "inconstitutionnelles" du président

Par AFP

AFRICA RADIO

Le chef du Parlement tunisien a dénoncé jeudi comme "inconstitutionnelles et illégales" les décisions prises lundi par le président Kais Saied qui a prolongé d'un an le gel de l'assemblée et annoncé un référendum pour réformer la Constitution.

La présidence de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) "exprime son refus absolu de la suspension du Parlement pour une période supplémentaire d'un an et considère cette mesure comme inconstitutionnelle et illégale", selon une déclaration signée de son président, Rached Ghannouchi. Le président de l'assemblée, gelée depuis que le président Saied s'est arrogé les pleins pouvoirs le 25 juillet, est aussi le chef du parti d'inspiration islamiste Ennahdha, qui formait avec des mouvements satellites le bloc majoritaire à l'ARP. "Toute modification de la Constitution doit se faire à travers des procédures constitutionnelles" définies par la loi fondamentale adoptée en 2014, a indiqué la présidence de l'Assemblée. Pour la présidence de l'ARP, toute sortie de la crise politique actuelle "ne sera possible que via une annulation immédiate des mesures exceptionnelles et le lancement d'un dialogue national pour déterminer collectivement l'avenir du pays". Lundi, le président tunisien a annoncé la poursuite du gel du Parlement jusqu'à un prochain scrutin législatif fixé pour le 17 décembre, après révision de la loi électorale. Auparavant, du 1er janvier au 20 mars prochains, une consultation électronique sera organisée dans tout le pays. Puis sur la base des idées exprimées par les Tunisiens, un comité d'experts sera chargé de préparer une réforme de la Constitution, qui sera soumise à un référendum populaire le 25 juillet 2022. En pleine crise socio-économique et sanitaire et après des mois de blocage politique, M. Saied, élu au suffrage universel fin 2019, avait invoqué en juillet dernier un "péril imminent" pour limoger le Premier ministre soutenu par Ennahdha, suspendre les activités du Parlement et reprendre en main le pouvoir judiciaire. En suspendant le Parlement, M. Saied a de facto écarté du pouvoir Ennahdha, pilier des coalitions gouvernementales successives depuis la chute du régime de Zine El Abidine ben Ali, renversé en 2011 par une révolte populaire. Dans un communiqué publié jeudi, le mouvement s'est dit prêt "à la lutte pacifiste et à l'intensification des différentes formes de lutte aux côtés des autres forces politiques et parlementaires pour la reprise de la vie démocratique et pour préserver la légitimité et la Constitution".