Washington prévient les Américains en Ethiopie: il n'y aura pas de pont aérien comme en Afghanistan

Par AFP

AFRICA RADIO

Les Etats-Unis ont de nouveau exhorté lundi les Américains à quitter "immédiatement" l'Ethiopie en guerre par leurs propres moyens, en ajoutant cet avertissement: il n'y aura pas d'opération d'évacuation militaire comme ce fut le cas pour l'Afghanistan.

L'ambassade américaine incite depuis plusieurs jours ses concitoyens à prendre des vols commerciaux pour partir du pays, où des groupes rebelles n'excluent plus de marcher sur Addis Abeba, la capitale. Elle propose des prêts à ceux qui seraient dans l'incapacité d'acheter un billet dans l'immédiat. "Nous faisons cela non pas par pessimisme sur les perspectives de paix, mais par sens pratique", a expliqué lundi devant la presse le porte-parole du département d'Etat, Ned Price, en lançant un nouvel appel. Il a dit redouter un "malentendu" de la part de l'opinion qui pourrait "penser que ce qui a eu lieu en Afghanistan peut être reproduit par le gouvernement américain partout ailleurs dans le monde". Mi-août, quand les talibans ont pris Kaboul avant même la fin du retrait des forces américaines d'Afghanistan, les Etats-Unis ont renvoyé en catastrophe des milliers de militaires à l'aéroport de la capitale afghane pour improviser une opération d'évacuation sans précédent. En à peine plus de deux semaines, avec l'aide de ses alliés, l'armée américaine a mis en place un pont aérien et évacué plus de 123.000 personnes -- des Américains, des étrangers, mais aussi et surtout des Afghans redoutant des représailles de la part des nouveaux maîtres islamistes du pays, notamment pour avoir travaillé avec les Occidentaux par le passé. Le gouvernement du président américain Joe Biden a été toutefois critiqué pour n'avoir pas évacué ces personnes plus en amont, plutôt que dans le sauve-qui-peut général, et pour avoir laissé des Américains sur place après le retrait des forces étrangères. Le département d'Etat a annoncé une enquête interne pour déterminer comment il aurait pu mieux anticiper et organiser ces évacuations. Visiblement soucieux de prendre les devants, Ned Price a insisté lundi, au sujet de l'Ethiopie: "Ce que nous avons fait en Afghanistan était unique", "un pont aérien militaire de près de 125.000 personnes", "ce n'est pas quelque chose que le gouvernement américain peut reproduire ailleurs". "Il n'y a aucune raison pour que les Américains attendent la dernière minute" pour partir du pays de la Corne d'Afrique avec des vols commerciaux, a-t-il martelé.